16 août 2012
En trampoline et en basketball
Pas de vacances pour Amélie Pietroniro-Savoie
Par: Maxime Desroches
Amélie Pietroniro-Savoie s'envolera demain à destination de Houston afin de participer à un camp de perfectionnement de trampoline.

Amélie Pietroniro-Savoie s'envolera demain à destination de Houston afin de participer à un camp de perfectionnement de trampoline.

Le succès ne se limite pas à un sport pour la Maskoutaine Mélanie Pietroniro-Savoie. Celle qui a pratiqué sur une base régulière ces dernières années la gymnastique acrobatique et artistique, la natation, le soccer et le patinage artistique s’adonne depuis environ deux ans au basketball, discipline qu’elle a maîtrisée rapidement au point d’être récemment élue au sein de l’équipe féminine du Richelieu-Yamaska.

Évoluant en division 1, celle qui a débuté avec les Patriotes de l’école Saint-Joseph avant de joindre les Panthères de Saint-Hilaire s’est rendue à Shawinigan à la fin juillet pour les Jeux du Québec, où elle a aidé la formation montérégienne à se hisser sur le podium, avec une médaille d’argent. Le jeu inspiré de la jeune fille de 14 ans n’est pas étranger à la fiche parfaite de quatre victoires et aucun revers des siennes lors du tournoi à la ronde.

La chance n’a toutefois pas souri aux représentants du Richelieu-Yamaska en finale, alors que la seule autre équipe invaincue durant la compétition, celle du Centre-du-Québec, a eu le dessus par un seul panier (pointage final de 39-37).« Nous étions toutes un peu déçues de ne pas avoir obtenu l’or, mais nous avons de quoi être fières de notre performance, car nous nous sommes entraînées très fort, deux fois par semaine avant la compétition. Le match a été très serré. Ça s’est décidé à la toute fin », affirme celle dont la responsabilité était de jouer près du panier tant à l’attaque qu’à la défensive, en raison de sa taille avantageuse.

De Colombie-Britannique au Texas

Quelques semaines avant de vivre ses premiers Jeux du Québec, Amélie s’était rendue en Colombie-Britannique, du 12 au 15 juillet, afin de prendre part à la Canada Cup, une compétition nationale de gymnastique acrobatique.

La Maskoutaine a bien tiré son épingle du jeu lors des trois épreuves au programme. Au trampoline individuel, elle a augmenté le coefficient de difficulté de sa routine et a obtenu son meilleur score en contexte compétitif, lequel lui a valu la cinquième place.Classée huitième après les préliminaires au double-mini trampoline, Amélie s’est illustrée en finale, de sorte qu’elle a terminé en cinquième position. Finalement, le trampoline synchronisé lui a également souri, puisqu’elle y a pris la troisième place, même si c’était pour sa partenaire et elle une première expérience.« La performance d’Amélie a été au-delà de mes attentes. Elle était à quelques minuscules centièmes de points du quatrième rang en double mini. Seules les quatre premières se qualifiaient pour les championnats indo-pacifiques, qui se déroulent cette année à Sydney, en Australie. Elle est passée bien près, mais ce n’est que partie remise », mentionne son entraîneur du Club Gymnaska-Voltigeurs, Sébastien Rajotte.Ayant prouvé au cours de la dernière année qu’elle pouvait rivaliser avec les meilleures trampolinistes au pays, Amélie a reçu une invitation de Gymnastique Canada afin de s’envoler dès demain à Houston, au Texas, où se tiendra un camp de perfectionnement de haut niveau. La Maskoutaine sera l’unique Québécoise présente à ce camp.« C’est une invitation que je ne pouvais pas refuser. Je vais pouvoir me comparer aux meilleures gymnastes au monde parmi mon groupe d’âge. J’ai hâte de rencontrer les instructeurs et d’apprendre de nouvelles techniques », conclut-elle.

image