26 mars 2015
Usine Olymel de Vallée-Jonction
Pas d’impacts à Saint-Hyacinthe
Par: Le Courrier
Le siège social d’Olymel à Saint-Hyacinthe Photothèque | Le Courrier ©

Le siège social d’Olymel à Saint-Hyacinthe Photothèque | Le Courrier ©

Devant l’incertitude provoquée par la poursuite de la grève générale illimitée des employés membres du Syndicat des travailleurs d’Olymel à Vallée-Jonction (CSN) à son usine d’abattage et de ­découpe de porcs, en Beauce, la direction d’Olymel a mis à pied la presque totalité des cadres et des employés administratifs oeuvrant au sein de cette usine.

publicité

Près de 55 employés non syndiqués sont affectés par cette décision.

Cette annonce résulte du rejet de l’offre finale bonifiée de l’employeur, présentée le 18 mars.

Annulation de livraisons

Olymel s’est également vue forcée au cours des derniers jours d’annuler les ­livraisons de près de 23 000 porcs par ­semaine en provenance de l’Ontario afin de résoudre l’engorgement des abattages provoqué par l’arrêt des opérations de l’usine de Vallée-Jonction.

Grâce à la collaboration des Éleveurs de porcs du Québec et des autres abattoirs, Olymel et ses partenaires ont toutefois pris une série de mesures pour limiter les inconvénients causés aux producteurs québécois par la grève des employés de Vallée-Jonction, notamment pour ­l’écoulement des porcs. Olymel estime toutefois que l’annulation de ses ­livraisons de porcs en provenance de l’Ontario compromet déjà une pleine ­reprise des activités si l’usine de Vallée-Jonction devait reprendre ses opérations.

Usine maskoutaine

Cette grève ne devrait pas avoir de ­répercussions sur l’usine Olymel de Saint-Hyacinthe, spécialisée dans le ­désossage de fesses de porc.

« Olymel ne prévoit pas d’impacts sur ses autres établissements. Au besoin, nous pourrions nous approvisionner en viande sur les marchés nord-amércains », indique Richard Vigneault, porte-parole d’Olymel.

L’établissement de Saint-Hyacinthe emploie plus de 450 personnes sur deux quarts de travail cinq jours par semaine. Sa production permet de fournir, en ­partie, d’autres établissements d’Olymel spécialisés dans la surtransformation, c’est-à-dire la fabrication de jambons cuits ou encore de produits comme des cretons et de la tête fromagée.

L’établissement d’abattage, de découpe et de désossage de porcs d’Olymel à ­Vallée-Jonction, en Beauce, emploie plus de 1 000 personnes sur deux quarts de ­travail.

image