24 janvier 2013
Saint-Liboire
Pas l’ombre d’un médecin en vue
Par: Le Courrier
Les affaires tournent au ralenti à la Clinique médicale de Saint-Liboire depuis le départ du seul médecin l'été dernier.

Les affaires tournent au ralenti à la Clinique médicale de Saint-Liboire depuis le départ du seul médecin l'été dernier.

La population de Saint-Liboire devra prendre son mal en patience, car rien n’indique l’arrivée prochaine d’un médecin au sein de la clinique médicale.

publicité

En juillet, la clinique de Saint-Liboire a perdu son seul et unique médecin, le Dr Pierre Tremblay. Depuis que ce dernier a quitté ses fonctions pour s’en aller pratiquer vers Saint-Gabriel-de-Brandon, la clinique médicale est toujours à la recherche d’un remplaçant.

« On est dans la liste des orphelins », lance avec découragement Jacques Robert, président de la Coopérative de solidarité de santé de Saint-Liboire. Au total, ce sont 740 membres de la Coopérative de solidarité et de santé de Saint-Liboire et plus de 1 200 patients qui sont actuellement privés des services d’un médecin dans leur région.Plusieurs alternatives ont été envisagées, mais aucune solution n’a été trouvée à ce jour. « Nous contactons toujours les urgentologues et les médecins provenant de l’extérieur afin de savoir si quelqu’un serait disponible pour offrir ses services, mais nous restons sans réponses », affirme M. Robert. L’embauche d’une infirmière spécialisée a également été envisagée, mais aucune réponse positive n’a été reçue de ce côté. Les personnes atteintes d’une maladie grave ou nécessitant un suivi plus régulier ont été référées à certaines cliniques de Saint-Pie et Saint-Hyacinthe en raison des circonstances. Pour le reste de la population de Saint-Liboire, les cliniques d’urgence et sans rendez-vous demeurent les meilleures alternatives en cas de besoin immédiat.Les infirmières sont toujours présentes à la clinique médicale de Saint-Liboire pour effectuer les prises de sang et autres services qu’elles peuvent offrir à l’habitude. Avec la participation de six étudiants du Cégep de Saint-Hyacinthe en soins infirmiers, des vaccins antigrippaux ont été administrés aux patients qui le désiraient.

Situation inversée à Acton Vale

À la Coopérative de solidarité de santé de la MRC d’Acton, ce n’est pas le manque de médecins qui pose problème, mais le manque de membres payants qui défraient le coût de leur cotisation, selon le journal La Pensée de Bagot.

Malgré 4 560 membres adultes et 1 351 membres enfants, seulement 2 800 d’entre eux ont défrayé leur cotisation. Selon la nouvelle coordonnatrice, Nathalie Harvey, il manque au moins 700 cotisations pour assurer la survie de la clinique médicale ainsi que la qualité des services offerts. Bien que la Coop compte actuellement cinq médecins dans ses rangs, dont quatre à temps plein, Mme Harvey juge qu’il faut songer dès maintenant à la relève et souhaite, avec le soutien de population de la MRC d’Acton, ajouter au moins un médecin à ses effectifs.Des démarches afin d’obtenir le statut de mini-groupe de médecine familiale et d’accéder ainsi à davantage de ressources financières ont également été entamées.

image