8 avril 2021
Projet de marché de proximité sur Cascades
Pas sa place au centre-ville, selon le conseiller Caron
Par: Jean-Luc Lorry

La possible implantation d’un marché de proximité au centre-ville fait réagir Jeannot Caron, conseiller du district Cascades. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le projet du Groupe Leblanc d’aménager un marché de proximité dans les locaux vacants de l’ancien SuperClub Vidéotron au coin de la rue des Cascades et de l’avenue Duclos ne laisse pas indifférent le conseiller municipal du district Cascades, Jeannot Caron, qui estime qu’un tel commerce n’a pas sa place au centre-ville.

Publicité
Activer le son

« Ce type de commerce entre directement en compétition avec le Marché public et l’Épicier du centre-ville qui est en face du futur projet. Je pense que nous avons déjà une belle offre de services au centre-ville pour les produits alimentaires », considère Jeannot Caron, en entrevue au COURRIER.

Dans notre précédente édition, nous révélions l’intérêt du Groupe Leblanc d’adapter sur une plus petite superficie son concept de marché de proximité, qui verra le jour cet automne sur le boulevard Laframboise dans le secteur Saint-Thomas-d’Aquin.

Du Fermier – Marché de proximité proposera des produits de producteurs locaux principalement sous la marque maison Du Fermier. « Les consommateurs trouveront une large gamme de viandes produites dans nos fermes, comme du poulet, de la dinde et du bœuf », a détaillé dernièrement dans nos colonnes Pierre-Luc Leblanc, président du Groupe Aquino.

Des produits de l’érable, des bières de microbrasseries et des légumes viendraient agrémenter les tablettes.

« Personnellement, je pense que la famille Leblanc devrait revoir son projet d’implantation pour le bien-être de notre centre-ville, estime Jeannot Caron. Nous sommes une grande famille tissée serrée et il ne faut pas se nuire les uns aux autres. Je verrais davantage l’intégration de leurs produits [Du Fermier] dans les commerces d’alimentation existants à Saint-Hyacinthe. »

Projet inconnu

La Société de développement commercial (SDC) centre-ville préfère pour le moment réserver ses commentaires sur ce second projet qui verrait le jour directement dans sa cour. « Nous avons appris les intentions du Groupe Leblanc dans votre journal. N’ayant pas d’informations sur le projet, il nous est difficile de commenter le dossier », indique André Marcotte, directeur général de la SDC centre-ville.

Sylvain Gervais, directeur du développement commercial de Saint-Hyacinthe Technopole, assure également avoir appris les projets du Groupe Leblanc dans les pages du COURRIER. « Je n’ai pas eu de discussion sur le dossier avec son président. Je serai ouvert à en parler avec lui. Est-ce que l’offre du projet de M. Leblanc sera complémentaire à celle du centre-ville? », se questionne M. Gervais.

Propriété de la Ville de Saint-Hyacinthe, le Marché public est géré par Saint-Hyacinthe Technopole.

« Pour les produits alimentaires périssables, la tarte va être séparée en plus petites pointes. Je ne sais pas à quel point l’offre et la demande ont été analysées par le Groupe Aquino », souligne Sylvain Gervais.

Claude Chagnon, propriétaire de la bâtisse commerciale visée par le Groupe Aquino, espère que le bail sera signé prochainement. « C’est un projet extraordinaire qui ne nuira pas du tout au Marché public. Cela va relancer l’économie du centre-ville et y amener du monde. Je pense que ce projet va se réaliser et que ce sera quelque chose de très bien », se félicite Claude Chagnon lors d’un entretien téléphonique.

Son édifice abrite actuellement la boutique Amandine, Espace Carrière et le centre d’entraînement de hockey, baseball et ringuette 3 Balles 2 Prises.

image