27 février 2013
Basketball
Pas très grands, mais combatifs ces V-Kings
Par: Maxime Prévost Durand

Le programme de basketball communautaire élite, les V-Kings de Saint-Hyacinthe, prend des forces cette saison en faisant ses marques dans différents tournois.

Publicité
Activer le son

Bien que le programme existe depuis quelque temps déjà, les jeunes joueurs des V-Kings en sont à leur tous premiers pas en compétition cette saison. Déjà, trois bannières de champions ont été remportées, dont deux par l’équipe mini élite et l’autre par les cadets élites.

Des résultats tout de même surprenants, surtout pour les cadets, les plus vieux, étant donné que la grandeur moyenne des joueurs tourne autour de 5 pieds 7 pouces. « J’avais de la difficulté à croire qu’on pouvait être aussi performant au départ, avoue Danny Vincent, entraîneur de l’équipe cadette depuis l’automne. Mais ils continuent de me surprendre. Notre équipe est composée de vitesse et de détermination. »Ces efforts constants ont porté leurs fruits dès le début de la saison lorsqu’ils ont remporté une première bannière en battant lors de la finale les hôtes du tournoi, les Dynamiques du Collège Charles-Lemoyne. Cette combativité et cette volonté de réussir sont aussi bien présentes chez les V-Kings mini et benjamin. L’équipe mini élite est sortie triomphante de deux tournois, dont celui du Collège Charles-Lemoyne également.« On s’attendait à remporter des bannières. Lorsqu’on participe à un tournoi, on veut toujours gagner et on se bat jusqu’à la fin », affirme Danny Vincent. Le nom des V-Kings se fait de plus en plus connaître dans le monde du basketball scolaire. « La plupart des équipes déjà bien implantées sont contentes de voir de nouveaux visages. »

Diversité

Une des grandes forces des V-Kings de Saint-Hyacinthe réside dans la diversité des joueurs. Autant cela pourrait être un obstacle à installer une chimie, les V-Kings ont plutôt décidé d’en faire un point positif et enrichissant.

« Il y a des jeunes provenant de milieux défavorisés, des jeunes de milieux plus fortunés, des blancs, des noirs. Tout ce qui peut être une barrière dans la société moderne est davantage une force chez les V-Kings », explique Danny Vincent avec fierté.Une franche camaraderie et des amitiés se sont formées grâce à un but commun : exceller au basketball. En poussant tous dans la même direction, ils ont prouvé qu’ils peuvent rivaliser dans les différents tournois du Québec, malgré le peu d’expérience en compétition.L’équipe cadette disputera son prochain tournoi ce week-end à Grand-Mère, tandis que les minis et novices participeront aux séries éliminatoires de la ligue de la Montérégie au cours des prochaines semaines. Ces deux dernières équipes figurent parmi les meilleures formations de la Rive-Sud.

image