11 octobre 2012
Passage à niveau ou tunnel : faire peur au monde
Par: Martin Bourassa

Octobre sera le mois de la consultation sur la traverse de la voie ferrée sur le boulevard Casavant Ouest à Saint-Hyacinthe. Au terme du processus qui devrait durer tout l’automne, le conseil devra choisir entre le passage à niveau de 6,4 M$ et le tunnel de 28,7 M$. Ce n’est pas une décision à prendre à la légère.

Publicité
Activer le son

Octobre sera le mois de la consultation sur la traverse de la voie ferrée sur le boulevard Casavant Ouest à Saint-Hyacinthe. Au terme du processus qui devrait durer tout l’automne, le conseil devra choisir entre le passage à niveau de 6,4 M$ et le tunnel de 28,7 M$. Ce n’est pas une décision à prendre à la légère.

En ce qui me concerne, ce choix définira le Saint-Hyacinthe de demain, une décision aussi importante que celle d’embarquer ou pas dans le train de banlieue. Le conseil sera influencé dans ce choix par les trois séances de consultation qui se dérouleront au cours des prochains jours. Les deux premières auront lieu dans moins d’une semaine, soit le 16 octobre. Suivra un sondage qui servira essentiellement à prendre le pouls des citoyens sur cette épineuse question. On jure dur comme fer que ce sondage ne sera pas décisif et n’engagera aucunement le conseil. Mon oeil.Déjà les citoyens ont reçu à leur domicile la brochure descriptive des deux options, un petit document de quatre pages recto-verso que l’on dit neutre et objectif.Au niveau de l’objectivité et de la neutralité, on repassera, j’ai déjà vu mieux. J’ai plutôt l’impression qu’on a surtout voulu faire peur au monde avec ça.Ce qui m’agace? Plusieurs choses, mais essentiellement le petit tableau présentant les impacts sur la taxation. À vue de nez, c’est sur cet aspect que l’on veut faire porter le débat, sur la question financière qui ne rend pas très attrayante l’option du tunnel. Si la documentation oriente à mon avis le débat avec quelques raccourcis, imaginez un peu la formulation des questions du sondage. Là aussi, je redoute les raccourcis.Mais revenons à la question monétaire, le nerf de la guerre.Pour la résidence évaluée à 200 000 $, on établit sur 20 ans l’augmentation liée au passage à niveau à 452,19 $ comparativement à 2 127,48 $ pour le tunnel. Sur une base annuelle, l’impact est de 22,61 $ par rapport à 106,37 $ pour le tunnel.Ce qui m’enrage au plus haut point, c’est qu’il est assez inhabituel que le conseil réfléchisse en terme d’impact sur la taxation quand vient le temps de prendre des décisions. A-t-on sorti l’argument de l’impact sur la taxation quand il a été décidé d’investir 10 M$ dans la construction du centre aquatique? Qui à l’Hôtel de Ville se préoccupe de l’impact du projet du couvent de la Métairie? Avez-vous entendu parler de l’impact du projet de biométhanisation sur le compte de taxes? Jamais de la vie!La Ville de Saint-Hyacinthe investit des dizaines de millions de dollars chaque année dans des projets d’immobilisations majeurs et elle réussit à le faire à l’intérieur d’un cadre financier serré qui n’accable pas les contribuables outre mesure.Pourquoi en serait-il autrement avec ce tunnel?En novembre dernier, la Ville a adopté le plan d’investissement le plus ambitieux de son histoire. Pour l’année 2012, on chiffrait les investissements à 69 M$ et à 137 M$ sur une période de trois ans. À ce que je sache, les investissements de 2012 ont pu se faire sans une hausse de taxes épouvantable, du moins pour les résidants qui n’ont pas été affectés par l’harmonisation de la taxe foncière. Il semble donc possible avec un peu d’astuce et de bonne volonté d’investir massivement dans les infrastructures et s’offrir un tunnel sans pour autant surtaxer les contribuables que nous sommes.Cela obligera le conseil à faire des choix judicieux et à établir des priorités. Ce n’est pas son fort malheureusement. Par le passé, l’administration du maire Claude Bernier a pourtant prouvé qu’elle pouvait faire de grandes choses avec un peu d’imagination.On se souviendra, et M. Bernier se plait à nous le rappeler à l’occasion, qu’on a réussi à résorber sur quelques années la dette de l’ancienne ville. Pas trop sorcier comme tactique, on l’a fait en remettant à plus tard certaines dépenses et projets. Tout simplement. Dans le cas d’un tunnel de 28,7 M$ financé sur 20 ans (16 M$ d’intérêts, ce qui porterait le projet à 45 M$), il est question de quoi? Essentiellement de pouvoir dégager 2,3 M$ annuellement sur des investissements qui tournent autour de 70 M$ par année. On ne parle pas de geler tout développement pendant 20 ans à Saint-Hyacinthe, loin de là. Ne me dites pas que Saint-Hyacinthe est trop pauvre pour s’offrir une voie d’avenir. À cet effet, le dossier de la circulation lourde sur la rue des Seigneurs devrait servir de référence aux élus dans ce dossier. Il démontre la nécessité d’investir dans de véritables voies de contournement, des voies qui deviendront à moyen terme des locomotives de développement.Est-ce que la construction d’un tunnel à quatre voies peut se faire sans affecter substantiellement le compte de taxes? Sans aucun doute. Nous vous invitons à ne pas tomber dans le piège que vous tend la Ville de Saint-Hyacinthe en toute objectivité…

image