27 février 2013
Pavon-Aguila : pour faire taire les rumeurs
Par: Le Courrier
La famille Pavon-Aguila

La famille Pavon-Aguila

Publicité
Activer le son

Plusieurs rumeurs circulent concernant le départ d’Esteban Pavon, sa femme Leticia Aguila et leurs filles, Maria Fernanda et Stephanie, qui ont quitté le Canada le 18 février.

On peut comprendre les nombreuses questions qui persistent, la colère de l’entourage et la déception des citoyens de voir cette famille devoir retourner au Mexique, leur pays d’origine qu’ils ont dû quitter pour leur sécurité. C’est exactement les mêmes raisons qui m’ont poussées à traiter ce dossier avec parcimonie, discrétion et professionnalisme. Le mot d’ordre depuis le début des interventions de mon équipe dans ce dossier délicat : respect de la famille. C’est donc dans cette optique que nous avons fait les démarches auprès du ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme, Jason Kenny, mais aussi auprès des médias et des citoyens inquiets pour le sort de la famille Pavon-Aguila. J’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour voir cette famille rester ici, chez nous, à Saint-Hyacinthe. Nous sommes maintenant arrivés à un point où nous devons respecter les décisions de la famille Pavon-Aguila, et ce, pour leur sécurité. Je tiens d’ailleurs à souligner l’appui incommensurable des citoyens, des organismes et des médias. La mobilisation du 26 janvier et l’implication des citoyens ont démontré la force et la solidarité de notre communauté. Évidemment, nous allons assurer le suivi du dossier des Pavon-Aguila et demeurer disponibles aux éventuelles demandes et démarches de la famille. Nous allons aussi poursuivre nos actions à la Chambre des communes en ce qui a trait à la pétition demandant au ministre de l’Immigration d’intervenir dans le dossier de la famille Pavon-Aguila. Nous invitons les citoyens et les organismes à envoyer les signatures datant avant le 18 février, à mon bureau d’Ottawa. Je déposerai ces signatures en Chambre en expliquant l’histoire des Pavon-Aguila.

Marie-Claude Morin, députée Saint-Hyacinthe-Bagot

image