12 septembre 2013
Première année du gouvernement Marois
Pelletier fait le bilan des contributions de Québec
Par: Jean-Luc Lorry

Pour souligner la première année du gouvernement Marois, le député péquiste de Saint-Hyacinthe, Émilien Pelletier a fait le bilan des contributions de Québec pour la région.

Publicité
Activer le son

Visiblement satisfait du travail accompli par sa formation politique, le nouveau mot d’ordre de M. Pelletier est de « rendre la circonscription de Saint-Hyacinthe plus forte ».

Lors d’un point de presse organisé dans ses bureaux, M. Pelletier a indiqué que lors des douze derniers mois, le comté a bénéficié « d’investissements » totalisant 22 303 980 $. Ces subventions englobent plusieurs sommes récurrentes provenant, entre autres, des ministères de l’Éducation (3,1 M$ pour le maintien des bâtiments) ou des Transports (plus de 2 M$ de transfert de la taxe d’accise sur l’essence). Émilien Pelletier donne comme exemples d’argent neuf, une aide financière de 2,8 M$ pour l’agrandissement temporaire du Cégep de Saint-Hyacinthe aux Galeries et une subvention de 564 000 $ pour le développement de la bibliothèque du secteur Sainte-Rosalie. Au chapitre de l’emploi, le député péquiste estime que la MRC Les Maskoutains est l’une des plus prospères de la province avec un taux de chômage de 6,6 % pour le deuxième trimestre en Montérégie. « La région se rapproche lentement du plein emploi », considère le député de Saint-Hyacinthe.Celui-ci se félicite aussi que le ministère des Transports se soit engagé à financer une étude de faisabilité dans le dossier du train de banlieue. « En 2013, ce mode de transport est une véritable nécessité pour les citoyens de Saint-Hyacinthe et des environs. »Le député sort satisfait de sa récente tournée estivale où il a participé à toutes les fêtes de quartier ainsi qu’aux diverses festivités régionales. « J’ai eu d’intéressantes discussions avec plusieurs citoyens qui m’ont apporté de nouvelles idées que je suis impatient de partager avec mes collègues du Parti québécois », de conclure Émilien Pelletier.

image