14 octobre 2021
Subvention de 5 M$ pour la promenade Gérard-Côté
Peu et beaucoup
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

À première vue, la députée caquiste de Saint-Hyacinthe a réussi tout un exploit en obtenant une subvention de 5 M$ de son gouvernement pour permettre à la Ville de Saint-Hyacinthe de refaire la promenade Gérard-Côté.

C’est même assez exceptionnel quand on considère que ce projet particulier ne cadre dans aucun programme de subventions existant au Québec. Aucun comme dans zéro, le désert, le néant. Il a donc fallu que Chantal Soucy sorte des sentiers battus et qu’elle soit convaincante pas à peu près. Dans le sens de tenace, déterminée, voire fatigante solide.

Vous avez aujourd’hui 5 millions de bonnes raisons de vous en convaincre à la lumière du décret du Conseil des ministres qui vient de paraître dans la Gazette officielle du Québec. Ce décret confirme que Québec accorde à la Ville de Saint-Hyacinthe une subvention de 5 M$, et pas un sou de plus, pour lui permettre de revamper comme il se doit sa vétuste promenade. Il y a lieu de s’en réjouir, mais pas trop non plus.

Le hic n’est pas tant le montant de la subvention qui demeure au-delà des attentes vu toute la mise en contexte qui précède. Le problème ici est davantage le montant prévu pour refaire à neuf cette promenade de 4,5 kilomètres, longeant la rivière Yamaska à la hauteur du centre-ville. L’opération pharaonique est estimée à 33 M$.

On le dit depuis la première heure, ce projet est démesuré et il ne l’est pas moins maintenant que l’on connaît la contribution du gouvernement du Québec, au contraire. Selon les prévisions initiales de nos dirigeants municipaux, ce projet d’envergure qui a tant fait rêver (en couleurs) les Maskoutains aurait dû être financé selon la bonne vieille formule 1/3, 1/3, 1/3 par les paliers de gouvernement. Dans un monde idéal, on anticipait que Québec mette une bonne dizaine de millions de dollars sur la table, tout comme Ottawa.

On espérait donc que Québec offre 10 millions de beaux dollars, mais cela n’arrivera pas. Les cinq millions manquants devront venir d’ailleurs. D’Ottawa? Si vous croyez au père Noël peut-être. Mais il est permis de se demander s’il y a davantage de programmes pour financer une promenade à Ottawa qu’à Québec et pourquoi le gouvernement libéral aurait soudainement envie d’envoyer 10 ou 15 M$ dans notre bon comté. Bien peur que nos élus n’aient d’autre option que de se tourner une fois encore vers les poches des Maskoutains.

À moins de dégraisser le projet ou de repousser quelques étapes aux calendes grecques, une fois qu’on aura complété la section entre la bibliothèque et le pont Morison. Et après avoir déroulé le tapis rouge de la place des spectacles aux pieds du complexe immobilier de Groupe Sélection, à l’arrière du Centre des arts.

Dégraissée est une option qu’il faudra peut-être envisager sérieusement après les élections. On pourrait certes s’inspirer de ce qui a été fait à Drummondville avec la promenade Rivia. Comme nous vous l’avions présenté en août, nos amis drummondvillois ont réussi à s’offrir une promenade de 4,5 km le long de la rivière Saint-François. On ne parle pas d’une rénovation, mais d’une construction neuve, où tout était à faire. Cette superbe promenade a vu le jour dans un temps record pour 8,1 M$, dont 2 M$ doivent provenir de Québec. Une visite à Drummondville s’impose.

Par ailleurs, nos deux candidats à la mairie semblent à demi conscients du défi financier que pose la réfection de la promenade. Le programme de Saint- Hyacinthe unie affirme la volonté de l’équipe de Marijo Demers de « réaménager dans son entièreté et dans un calendrier défini la promenade Gérard-Côté, et ce, dans la capacité de payer des citoyens avec un montage financier qui inclut des subventions majeures ». Une subvention de 5 M$ pour un projet qui doit en coûter sept fois plus ne peut être considérée comme majeure. Pour sa part, André Beauregard prône la reconstruction de la promenade Gérard-Côté « avec l’aide des différents paliers gouvernementaux ». Une aide qui ne s’annonce pas substantielle.

Les engagements de celui ou celle qui sera appelé à diriger la Ville de Saint- Hyacinthe pour les quatre prochaines années manquent donc de réalisme dans ce dossier. À l’image de ceux qui nous ont vendu cette promenade en or.

image