19 juillet 2012
Philippe Bond la joue franc-jeu
Par: Le Courrier

Sa personnalité et son énergie lui ont valu l’Olivier de l’année 2012. En spectacle prochainement à Saint-Hyacinthe dans le cadre de l’Été dans le 450, l’humoriste et animateur Philippe Bond nous en apprend beaucoup sur sa vie le temps d’une représentation. Sans aucune pudeur, il raconte ses anecdotes tout aussi farfelues et insolites, les unes comme les autres.

publicité

Et tout ce qu’il raconte est vrai. C’est ce qu’il soutient sur scène et en entrevue avec LE COURRIER. « Tout ce que je dis dans mon spectacle est vrai. C’est réellement ma vie. Il m’arrive toujours des péripéties incroyables! C’est sûr que j’ai le don d’exagérer les choses anodines, mais à peine. Dans mon spectacle, je parle beaucoup de mes parents et, souvent, ils viennent voir mon show et confirment à la fin de la représentation que tout est vrai », avance Philippe Bond.

Comparant son style humoristique à celui de Michel Barrette, l’humoriste qui a lancé son premier spectacle solo il y a maintenant près de deux ans se décrit surtout comme un raconteur. Selon lui, il tient cela de son père. « Si ce n’était pas de mon père, je ne serais sûrement pas humoriste. Mon père est un vrai bouffon et c’est de lui que je retiens à ce niveau. Je me souviens d’un party de Noël où il a raconté un gag de trente secondes et il a fait douze minutes avec. Il est drôle de nature! Il aime se costumer et veut toujours faire rire ma mère », raconte-t-il.Souffrant d’un manque de confiance en lui alors qu’il était enfant et diagnostiqué plus tard comme étant aux prises avec un déficit de l’attention, c’est son père qui l’a aidé à renforcir son estime de soi. Mais ce dernier a tout de même été surpris lorsque son fils lui a annoncé qu’il désirait devenir humoriste. « La journée que je suis entré à l’école de l’humour, mon père m’a dit : « Coudon c’est tu vraiment toi? » Mais moi, je savais que ce que je voulais faire dans la vie, c’étaient des shows d’humour. »Et cela n’a pas été facile. Sorti de l’École nationale de l’humour en 2002, Philippe Bond a d’abord fait ses débuts en tant qu’animateur d’une émission matinale à la Radio Énergie de Hull / CKTF. C’est à ce moment qu’il a découvert son style humoristique.« J’ai travaillé à la radio dans l’Outaouais à mes débuts et je devais faire des jokes du lundi au vendredi en ondes. Comme je manquais de matériel, j’ai commencé à raconter des anecdotes et c’est à ce moment que j’ai découvert mon style. »Des histoires de son enfance alors que son père l’oublie à l’âge de six ans en sous-vêtement dans un magasin, en passant par sa grand-mère qui vole dans un supermarché, ou encore le moment où il a dû insérer des suppositoires à ses neveux avant de les reconduire à un camp de jour : presque tout son entourage y passe lors d’une représentation.À l’aise et énergique sur scène, l’humoriste n’a visiblement pas peur du ridicule. Et c’est cela qui le rend si attachant. Animateur à l’émission matinale C’T’encore drôle sur les ondes de NRJ, l’humoriste a l’habitude de rire du quotidien et de partager ses anecdotes, à la radio comme sur scène. « Tout le monde se reconnaît dans mon spectacle. D’ailleurs, le commentaire que l’on me fait le plus souvent c’est que les gens ont l’impression que je suis leur chum. »Avec 100 000 billets vendus et 180 représentations, Philippe Bond a su prendre sa place alors que onze humoristes présentaient un nouveau spectacle l’année même où il lançait son premier one man show. Il sera en spectacle au Centre des arts Juliette-Lassonde dans le cadre de la programmation de l’Été dans le 450 les 3, 4, 10 et 11 août à 20 h.

image