7 juillet 2016
À sa première saison chez les professionnels
Philippe Desrosiers fait bonne impression
Par: Maxime Prévost Durand
À sa première saison dans la ECHL, Philippe Desrosiers a battu un record de concession avec les Steelheads d’Idaho grâce à une série de 16 matchs sans défaite en temps régulier.  Photo idahosteelheads.com

À sa première saison dans la ECHL, Philippe Desrosiers a battu un record de concession avec les Steelheads d’Idaho grâce à une série de 16 matchs sans défaite en temps régulier. Photo idahosteelheads.com

Philippe Desrosiers fait bonne impression

Philippe Desrosiers fait bonne impression

À sa première saison dans les rangs professionnels, le gardien de but Philippe Desrosiers n’a pas perdu de temps pour impressionner l’organisation des Stars de Dallas, qui avait fait de lui le 54

Publicité
Activer le son

L’athlète de 20 ans a d’ailleurs disputé la majeure partie de la dernière saison dans la East Coast League (ECHL) avec les Steelheads, où il a présenté un dossier de 15 victoires, 7 revers et 6 défaites en prolongation / fusillade en saison régulière. Il a aussi été rappelé par les Stars du Texas dans la ligue américaine à la mi-saison, où il a obtenu 10 départs (5 victoires et 5 défaites).

Entre la fébrilité de faire le saut chez les professionnels et la déception d’entamer la saison dans la ECHL, Philippe Desrosiers a beaucoup appris au cours de la dernière année. « Quand je suis arrivé avec les Steelheads, je me suis demandé ce que je faisais là. Je me disais que j’étais meilleur que ce niveau-là et que je méritais de jouer dans la ligue américaine. Mais à la longue, tu te rends compte que de rester assis sur le banc dans la ligue américaine n’est pas aussi profitable que de jouer 40 matchs dans la East Coast. C’est pour cette raison qu’ils m’ont envoyé là-bas. »

Il avoue même avoir été agréablement surpris du niveau de jeu de la ECHL. « J’avais entendu beaucoup de choses sur la East Coast, mais ce n’est pas ce qu’on pense. C’est un bon niveau. Le jeu est plus ouvert, on voit beaucoup de deux contre un et d’échappées. Ça permet vraiment de s’améliorer. »

Se rapprocher de la LNH

Au fur et à mesure que la saison progressait, Desrosiers se demandait s’il allait être rappelé par les Stars du Texas. Puis, le 30 décembre, il a reçu l’appel tant attendu afin de remplacer un gardien blessé. Il a fait son entrée en scène face au Barracuda de San Jose, dans une défaite de 5 à 1 des Stars.

« Mon premier match, ça n’a pas bien été. J’ai vu que c’était un niveau vraiment plus fort que la East Coast. Mais je me suis repris dès le match suivant. J’ai perdu mon blanchissage à seulement 1 minute de la fin du match. J’avais été rappelé pour une période de deux semaines, qui a finalement duré deux mois. »

Ce séjour dans la ligue américaine lui a permis de se rapprocher un peu plus du rêve ultime : jouer dans la ligue nationale. « J’ai gardé les buts contre Peter Budaj, qui jouait avec le Canadien l’an dernier. C’était spécial de voir ça. C’est vraiment le plus proche que j’ai été de la ligue nationale. »

Congestion au poste de gardien

Une des raisons qui a poussé l’organisation des Stars à reléguer Philippe Desrosiers dans la ECHL cette saison, c’est en raison d’une congestion au poste de gardien de but. Outre les Kari Lehtonen et Antti Niemi avec le grand club, on compte Jack Campbell, Maxime Lagacé et John Muse dans la ligue américaine et dans la ECHL.

« Je ne sais pas ce que les Stars vont faire. Il y a trop de gardiens qui sont capables de jouer dans la ligue américaine », estime le Maskoutain. Il croit d’ailleurs que les Stars pourraient bouger au cours de l’été pour remédier à cette situation.

Congestion ou non, Philippe Desrosiers entend bien poursuivre sa route vers la LNH la saison prochaine. « J’aimerais jouer toute la saison dans la ligue américaine, peut-être même quelques matchs dans la ligue nationale si ça se présente. C’est un gros défi, mais je sais que je suis capable », conclut-il.

image