4 juin 2015
Philippe Desrosiers gardien de l’année dans la LCH
Par: Maxime Prévost Durand
Philippe Desrosiers gardien de l’année dans la LCH

Philippe Desrosiers gardien de l’année dans la LCH

Le nom de Philippe Desrosiers restera gravé tout près de celui de son idole Carey Price. Photo Courtoisie Vincent Éthier - LHJMQ

Le nom de Philippe Desrosiers restera gravé tout près de celui de son idole Carey Price. Photo Courtoisie Vincent Éthier - LHJMQ

Deux jours après l’élimination de l’Océanic de Rimouski face aux Remparts de Québec dans une défaite de 5 à 2, le gardien Philippe Desrosiers a été nommé le gardien de but de l’année dans la Ligue canadienne de hockey.

La surprise a été totale pour le Maskoutain, qui est devenu le premier gardien de la LHJMQ depuis Jake Allen, en 2009-10, à décrocher ce titre. « Je suis vraiment fier de ce trophée. Je ne m’attendais pas à ça du tout. Après la défaite face aux Remparts, ça m’a donné une petite tape dans le dos. »

Son nom rejoint ainsi celui d’une de ses idoles, Carey Price, qui a reçu pareil honneur au terme de la saison 2006-07.

Comme il l’avait souligné lorsqu’il a été le récipiendaire du trophée Jacques-Plante, remis au meilleur gardien de la LHJMQ, il s’agit pour lui d’un trophée d’équipe qu’il partage avec tous les autres joueurs de l’Océanic.

La LHJMQ, la OHL et la WHL devaient sélectionner un finaliste pour les représenter pour ce titre. « C’est une équipe de la ligue nationale qui choisissait le gagnant ensuite », explique Desrosiers.

Lucas Peressini des Frontenacs de Kingston et Taran Kozun des Thunderbirds de Seattle étaient dans la course pour le titre.

L’expérience Coupe Memorial

Philippe Desrosiers a acquis beaucoup d’expérience au cours des séries éliminatoires, qui ont mené l’Océanic jusqu’au tournoi de la Coupe Memorial. Que ce soit le fait de devoir lutter constamment avec Louis-Philip Guindon pour avoir sa place devant le filet ou encore d’être placé dans les matchs à haute intensité, il en retire plusieurs leçons.

Le gardien de 19 ans a grandement apprécié l’expérience de la Coupe Memorial, même si la fin n’a pas été celle souhaitée. « C’était vraiment cool. C’était différent des matchs en saison et en séries. Même si c’était à Québec, ce n’était pas les mêmes partisans. »

Sa famille a pu assister à certaines rencontres au cours de la semaine, rendant l’expérience encore plus spéciale. « Mon frère (Jérôme, joueur de basketball pour l’école Northfield Mount Hermon, au Massachusetts) ne vient pas souvent me voir jouer. La foule s’est mise à crier mon nom durant un match et il trouvait ça vraiment spécial », se rappelle l’aîné de la famille.

Revenant sur les performances de l’Océanic au tournoi, Desrosiers estime « qu’en tant qu’équipe, on a connu un tournoi correct. Certains matchs auraient pu aller d’un côté comme de l’autre. » Rimouski n’a signé qu’une victoire en quatre sorties, battant les Remparts de Québec 4 à 0 pour forcer la tenue d’un match barrage servant à déterminer laquelle des deux équipes allait affronter les Rockets de Kelowna en demif-finale.

Au terme d’une saison remplie de succès, Desrosiers garde la tête haute pour la suite des choses. « On est fiers de ce qu’on a accompli cette saison. Notre objectif était d’accéder à la Coupe Memorial et on y est arrivé. »

Il pourrait bien s’agir de ses derniers coups de patin avec l’équipe rimouskoise, même s’il lui reste une dernière année d’éligibilité au sein de la LHJMQ. Son plan est clair : se tailler une place au sein d’une équipe professionnelle dès l’automne prochain.

« Je vais participer au camp des recrues des Stars de Dallas (avec qui il a signé un contrat de trois ans le printemps dernier) en juillet, puis je vais poursuivre mon entraînement jusqu’au camp régulier de l’équipe cet automne. »

image