25 octobre 2012
Pied dans la bouche et pied au cul
Par: Le Courrier

M. Martin BourassaRédacteur en chefLe Courrier de Saint-Hyacinthe

Publicité
Activer le son

M. Martin BourassaRédacteur en chefLe Courrier de Saint-Hyacinthe

On m’accuse dans la colonne Rumeurs et indiscrétions de votre dernier journal d’avoir fait la promotion de la brochure (passage à niveau ou tunnel) à la dernière séance du conseil. Faux! Je répondais à un collègue qui m’a interpellé et j’ai mentionné le processus qui va conduire à une prise de décision finale. Méchante différence.De plus, j’ai souligné encore une fois que j’étais personnellement en faveur du tunnel étant un utilisateur, conscient de l’importance de cette infrastructure. Mais j’ai aussi dit que ce n’est pas ce que j’entends dans mon quartier, des citoyens que je représente, la majorité silencieuse dont vous faisiez mention la semaine passée. Je mène donc, selon vous une campagne de peur. Houuuuu… Houuuuu… Une chance que l’Halloween s’en vient. Le monopole de l’information médiatique que vous possédez en ville et votre façon de l’utiliser m’inquiète de plus en plus.Dans cette même colonne où vous mentionnez le financement du Pont Barselou [sic], relaté par moi, vous souhaitiez une telle démarche politique. C’est déjà fait… sans succès. Chou blanc. De plus, de mettre en doute la confrontation que j’ai eue avec votre prédécesseur M. Vigneault, concernant la reconstruction du Pont Barselou [sic] est inconcevable puisque c’est connu par vos lecteurs. J’ai tous les articles écrits à ce sujet entre 1996 et 2000. M. Vigneault d’ailleurs a été le seul lors de la journée d’inauguration à me parler sans me féliciter. Votre visage de chérubin de l’époque trône sur un de ces articles. Pertes de mémoire???Pour ce qui est de votre fâcheuse tendance… avouée… à voir des complots partout qui laisse supposer que je serais intervenu pour encourager le bénévole d’astronomie à venir plaider sa cause et celle des autres organismes pour intégrer la Métairie, lors de cette séance publique, je vous confesse que je ne connais pas cette personne ni d’Ève ni d’Adam, jamais parlé et probablement jamais croisé. Votre défaite dans ce dossier vous aveugle au point de dégager une mauvaise foi et une frustration qui semble vous rendre aigri et malheureux. Difficile pour votre ego, j’en conviens, mais souriez M. Bourassa, vous allez vivre plus longtemps.Bonne semaine!

Bernard Barré, conseiller municipal La Providence

J’oserais suggérer au conseiller de La Providence de respirer profondément et de relire les rumeurs et indiscrétions de la semaine dernière. Je n’ai fait que souligner une erreur de langage de sa part dans le dossier du boulevard Casavant. On peut en effet se faire « une tête » sur quelque chose, mais se faire « une jambe » comme il l’a si bien dit, c’est nouveau pour moi. Pour son information, lui qui s’inquiète du monopole de l’information à Saint-Hyacinthe, il faudrait lui dire qu’aux dernières nouvelles, Le Courrier ne possède pas Cogeco Câble, ni Boom-FM. Comme monopole, on a vu mieux ailleurs n’est-ce pas? Pour le dossier du tunnel, je répète qu’il n’y a pas eu de démarche et de pression « concertée et soutenue » du politique comme ce fut le cas pour le dossier du pont Barsalou et non Barselou comme le mentionne l’échevin. Loin de là. Dans le dossier de la Métairie, je n’ai absolument rien à perdre ou à gagner, ou à prouver. Le journal ne fait que jouer son rôle de chien de garde en s’assurant que l’argent des contribuables maskoutains soit dépensé de façon adéquate et pertinente. La preuve reste à faire. Les images colorées, le ton cinglant et les manoeuvres d’intimidation de M. Barré fonctionnent peut-être avec ses collègues, comme quand il a déclaré que tout élu qui n’appuierait pas sa résolution sur la rue des Seigneurs insulterait du même coup la moitié de la ville, mais elles ne m’impressionnent pas. Je suis capable de donner le change et de sourire!

Martin Bourassarédacteur en chef-30-

image