19 septembre 2013
Pierre Duchesne fustige les CS
Par: Le Courrier

Le ministre de l’Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, n’y est pas allé de main morte avec les commissions scolaires en leur « demandant de retourner faire leurs devoirs et de trouver une solution ».

Sautant dans la mêlée à son tour, le député de Borduas, dont la circonscription englobe les écoles de Sainte-Madeleine et Sainte-Marie-Madeleine, s’est dit grandement déçu de la réponse des commissions scolaires jusqu’à maintenant.

« Nous avions demandé aux commissions scolaires de réduire leurs dépenses. Ça n’a pas été fait. Avec des hausses de taxes scolaires de 41 % à Sainte-Madeleine et 37 % à Sainte-Marie-Madeleine, l’impact sur le citoyen est plus que significatif », a-t-il lâché au cours d’entrevue téléphonique donnée en marge de la rencontre entre Pauline Marois et la FCSQ lundi matin. Il a aussi mis en doute l’autonomie des élus scolaires. « Le fait que les consommateurs aient dû financer à 96,5 % la compression de 200 M$ imposée aux commissions scolaires soulève beaucoup de questions quant au pouvoir de taxation des commissaires. Ils sont élus et donc redevables aux citoyens », a allégué le ministre. Selon lui, il est faux de croire que les compressions budgétaires imposées aux écoles ont un impact sur les services aux élèves. « Les sommes obtenues par la taxation scolaire servent à financer les budgets administratifs, de gestion et de transport, tandis que tout ce qui touche les enfants est pleinement assumé par le gouvernement. Il n’y a aucun vase communicant entre ces deux enveloppes », a-t-il indiqué. Le ministre Duchesne a aussi tenu à rappeler que d’autres solutions avaient été proposées par Marie Malavoy et que les commissions scolaires savaient que le programme de péréquation était une mesure temporaire.

image