30 août 2012
Pierre Schetagne – Coalition avenir Québec
Par: Maxime Prévost Durand
Pierre Schetagne

Pierre Schetagne

Bilan de votre campagne

Bilan de votre campagne

J’ai eu la chance de rencontrer beaucoup de citoyens de la circonscription de Saint-Hyacinthe et j’ai reçu un très bon accueil. Je constate que les gens veulent du changement. Ils sont tannés du PLQ et de toutes les rumeurs de corruption au Québec. De plus, ils ne veulent pas entendre parler de référendum.

Vos trois priorités dans le comté en quelques lignes

1) Travailler pour la prolongation du train de banlieue jusqu’à Saint-Hyacinthe.2) Travailler avec les intervenants du milieu pour la mise en oeuvre d’un Complexe Culturel Maskoutain.3) Être à l’écoute des besoins des agriculteurs de la circonscription et promouvoir le développement économique de la région.

Impressions sur le débat des chefs (19 août)

Il s’agissait de la première présence de François Legault à un tel débat. Comme la majorité des commentateurs l’a mentionné, il a su tout au long de ce débat démontrer à la population qu’il était en mesure d’occuper le poste de premier ministre. Il a été le plus combatif et il a multiplié les questions aux chefs des deux vieux partis.

Impressions générales sur les face-à-face (TVA)

Les face-à-face (TVA) nous ont permis d’aller beaucoup plus loin dans les échanges entre les différents chefs de parti. Ainsi, M. Legault a réussi à faire dire à Mme Marois qu’avec la mise en place des Référendums d’initiative populaire (RIP), elle déléguait ses pouvoirs de tenir un référendum sur la souveraineté à 15 % des votants!

À quoi devrait penser l’électeur juste avant de voter

Premièrement que le Québec est dû pour un changement. Il faut faire un grand ménage pour éliminer la corruption et le gaspillage. Seule la CAQ a su démontrer qu’elle était apte à remettre le Québec sur les rails.

Que ferez-vous le 5 septembre au matin?

Je me trouverai un local pour accueillir les citoyens et j’accepterai les mandats que voudra bien me confier le premier ministre, François Legault.

image