5 mai 2016
Pipeline, pouvoir et démocratie
Par: Rémi Léonard
Publicité
Activer le son

L’oeuvre d’Olivier D. Asselin retrace le parcours de quatre opposants aux ­pipelines entre 2012 et 2015. Tous dans le même camp, ils luttent cependant sur des fronts différents.

Le documentaire présente le péquiste Daniel Breton dans ses fonctions à ­l’Assemblée nationale, le militant écologiste Mikael Rioux, qui surveille les bateaux de TransCanada sur son kayak près de Cacouna, l’ex-président de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique, André ­Bélisle, qui tente d’influencer les dirigeants et la population en faveur de la protection de l’environnement et enfin l’activiste Alyssa Symons-Bélanger, qui s’enchaine aux portes de la raffinerie Suncor dans l’est de Montréal.

Au fil de leurs actions, on se rend compte que malgré leurs différences, les quatre parcours finissent plus souvent qu’autrement par se croiser.

Bénéficiant d’un accès privilégié à ses sujets, souvent même en étant témoin de conversations privées, le ­documentaire se veut un retour sur cette récente mobilisation citoyenne, qui a ­finalement ­remporté sa bataille, mais dont la guerre fait toujours rage.

image