4 octobre 2018
Centre des arts Juliette-Lassonde
Place au Cabaret André-H.-Gagnon
Par: Martin Bourassa
Une famille fière et heureuse à l’inauguration du Cabaret André-H.-Gagnon : Ève Chantal, Lucie Amaël Gagnon, Stéphane et Jean-François. Photo Patrick Deslandes

Une famille fière et heureuse à l’inauguration du Cabaret André-H.-Gagnon : Ève Chantal, Lucie Amaël Gagnon, Stéphane et Jean-François. Photo Patrick Deslandes

Les enfants d’André H. Gagnon posent en compagnie de ceux qui ont contribué au changement de nom de l’Espace Rona au profit du Cabaret André-H.-Gagnon, à savoir Jean-Pierre Boileau, président de la SDS, Philippe Element, v.-p. de Rona, le maire Claude Corbeil et Jean-Sylvain Bourdelais, directeur général et artistique du Centre des arts Juliette-Lassonde. Photo Patrick Deslandes

Les enfants d’André H. Gagnon posent en compagnie de ceux qui ont contribué au changement de nom de l’Espace Rona au profit du Cabaret André-H.-Gagnon, à savoir Jean-Pierre Boileau, président de la SDS, Philippe Element, v.-p. de Rona, le maire Claude Corbeil et Jean-Sylvain Bourdelais, directeur général et artistique du Centre des arts Juliette-Lassonde. Photo Patrick Deslandes

Gregory Charles, l’artiste fétiche d’André H. Gagnon, a donné sa pleine mesure afin d’inaugurer le Cabaret André-H.-Gagnon. Photo Patrick Deslandes

Gregory Charles, l’artiste fétiche d’André H. Gagnon, a donné sa pleine mesure afin d’inaugurer le Cabaret André-H.-Gagnon. Photo Patrick Deslandes

L’Espace Rona n’est plus, vive le Cabaret André-H.-Gagnon!

La petite salle du Centre des arts Juliette-Lassonde de Saint-Hyacinthe a été renommée en l’honneur de l’homme d’affaires et philanthrope maskoutain décédé le 24 novembre dernier. Ce grand Maskoutain avait contribué plus que tout autre à la construction de cette salle de spectacles en coprésidant, avec sa conjointe Lucie, la collecte de fonds populaire de 2,5 M$ qui a permis son aménagement.

« L’œuvre de sa vie, en dehors des affaires », a-t-il souvent dit.

C’est au cours d’une soirée cabaret tenue le 26 septembre dans la salle qui porte désormais son nom que l’on a officialisé le tout, en présence de 150 invités, dont les membres de sa famille, ses amis et des représentants de Rona.

C’est avec empressement et fierté que la direction de cette entreprise a accepté que le nom de Rona s’efface au profit de celui qui a aussi marqué l’histoire du quincailler.

Il faut savoir qu’André H. Gagnon a possédé jusqu’à six magasins Rona, dont celui de Saint-Hyacinthe. Il a aussi été l’un des tout premiers à croire au concept des grandes surfaces, en plus de siéger au conseil d’administration de l’entreprise de 1971 à 2007, dont les cinq dernières années, à titre de président.

« André H. Gagnon était un visionnaire et un grand bâtisseur, a rappelé Philippe Element, vice-président ventes et service aux marchands de Rona. Il était réputé pour sa discipline, sa rigueur et sa connaissance du commerce de détail. Il voulait que notre marque soit vibrante et forte et il aura été un précurseur au niveau des grandes surfaces. Son nom a d’ailleurs été immortalisé au siège social de Boucherville. »

Le représentant de Rona a aussi vanté les talents de rassembleur de M. Gagnon, talents qu’il a aussi mis à profit au bénéfice des Maskoutains. « Il aura été d’une loyauté sans égale envers Rona, a poursuivi M. Element, un grand rassembleur des marchands. On se souviendra toujours de lui comme d’un homme engagé et de cœur, alors il est tout naturel que cette salle porte son nom. Cela fait partie de l’héritage important qu’il a laissé et que l’on doit protéger et faire rayonner. Merci M. Gagnon. »

C’est avec émotion que sa fille Ève Chantal s’est faite la porte-parole de sa famille pour remercier les directions de Rona et de la Société de diffusion de spectacles (SDS) pour l’honneur rendu au patriarche de la famille Gagnon, qui avait été désigné membre honoraire du conseil d’administration de l’organisme qui gère le centre des arts. « Nous sommes à la fois reconnaissants et très émus de voir qu’une salle d’art et de culture est dédiée à sa mémoire, encore davantage que ce soit le projet qu’il avait dédié à ma mère, une artiste qui l’avait elle-même initié aux arts et à la musique. Papa était un homme d’envergure économique qui avait choisi de redonner à fond par la culture, et cette reconnaissance du milieu envers sa contribution nous touche beaucoup », a témoigné Mme Gagnon, dans un discours spontané livré sans notes, comme le faisait si bien son paternel.

Le mot de la fin est revenu à Jean-Pierre Boileau, président de la SDS.

« Rona et M. Gagnon ont laissé leur marque dans cet espace et dans nos cœurs, alors nous sommes tous très fiers que cet accomplissement qui aura été le projet de sa vie en dehors des affaires soit immortalisé ainsi », a conclu M. Boileau avant de céder sa place à l’artiste fétiche de M. Gagnon, Grégory Charles.

Présent lors du spectacle d’ouverture du centre des arts, l’artiste a livré une performance éblouissante pour inaugurer dignement le Cabaret André-H.-Gagnon.

UN HOMMAGE

Voici ce qui a été inscrit sur la plaque de présentation installée à l’entrée du Cabaret André-H.-Gagnon, du centre des arts Juliette-Lassonde.

André H. Gagnon (1938-2017)

Homme d’affaires compétent, efficace et respecté, ce grand quincaillier fut membre du conseil d’administration de Rona et a accédé à sa présidence de 2002 à 2007.

Homme de cœur au service de la communauté, André H. Gagnon appuyait régulièrement plus de 200 causes et événements annuellement.

Homme de conviction, il a contribué de façon exceptionnelle à doter Saint-Hyacinthe d’une salle de spectacles en 2004-2005, en coprésidant avec son épouse Lucie Amaël Gagnon la campagne de financement pour la construction du Centre des arts Juliette-Lassonde; entouré de personnes influentes, il a surpassé l’objectif visé en amassant 2,5 M$.

Homme d’engagement, il a siégé au conseil d’administration du Centre des arts Juliette-Lassonde à titre de membre honoraire de 2007 à 2017 en apportant une attention particulière à la qualité des équipements.

Homme de dépassement, décoré de la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour les aînés en 2016, ce philanthrope a reçu de multiples hommages tout au long de sa vie.

Homme de famille, tendre époux, père aimant et grand-père protecteur, ce passionné de la vie a transmis à ses proches des valeurs familiales inestimables.

image