16 juillet 2015
Beaux Mardis de Casimir
Plein d’amour pour Alex Nevsky
Par: Sarah Daoust Braun
Alex Nevsky sera aux Beaux Mardis de Casimir le 21 juillet. Il fera le tour des festivals cet été avant de s’envoler pour la France cet automne. Andréanne Gauthier

Alex Nevsky sera aux Beaux Mardis de Casimir le 21 juillet. Il fera le tour des festivals cet été avant de s’envoler pour la France cet automne. Andréanne Gauthier

La carrière d’Alex Nevsky a pris tout un envol depuis la parution de son deuxième album,

Publicité
Activer le son

L’auteur-compositeur-interprète tente de savourer son succès sans se créer trop d’attentes. « J’essaie de ne pas tenir cela pour acquis. Je sens que les gens me shootent de l’amour, je suis vraiment chanceux », reconnaît-il.

Alex Nevsky, né Alexandre Parent, s’est fait connaître du grand public avec sa chanson « On leur a fait croire », énorme hit radiophonique et incontournable vers d’oreille en 2014, sacrée « Chanson de l’année » au dernier Gala de l’ADISQ.

Le principal intéressé avoue ne pas savoir quand précisément sa popularité a grimpé en flèche. « Je ne m’en suis pas rendu compte, explique-t-il. Dans le quotidien, je garde encore le même anonymat. C’est pour moi une courbe, une lente ascension. »

Pas beaucoup de temps pour la création

L’été et l’automne du Granbyen d’origine seront des plus occupés. Après une tournée des festivals et des parcs en juillet et en août aux quatre coins du Québec, il s’envolera pour la France pour lancer Himalaya mon amour.

« J’ai accueilli la nouvelle avec beaucoup de joie, c’est un peu inespéré. Je suis vraiment content, raconte Alex Nevsky. Je vais faire un premier show à Paris en première partie de Pascale Picard. Ça me donne la chienne, mais en même temps c’est super excitant, c’est un challenge. »

Il se produira cinq dates en septembre et cinq dates en octobre en sol européen, et y retournera en décembre et en mars.

Cette effervescence lui laisse toutefois peu de temps pour travailler sur son troisième album qui pourrait voir le jour l’année prochaine. « J’ai besoin de recul pour composer, je n’ai pas beaucoup de temps pour vivre », admet-il. Pour l’instant, il présente deux nouvelles compositions en spectacle.

L’auteur derrière les pétillantes pièces « Les coloriés » et « Fanny » dit s’inspirer de l’art et de l’amour. « L’amour est la source la plus intarissable, soutient-il. Pour Himalaya, je me suis inspiré de l’idée de l’art qui inspire l’art, comme le cinéma et la poésie. J’essaie de découvrir de nouvelles choses, d’être curieux. » Pour le prochain album, Alex Nevsky ne veut pas que ses chansons soient uniquement des histoires d’amour. « Je veux jouer avec les points de vue collectifs, singuliers », précise-t-il.

En attendant, le diplômé de l’École nationale de la chanson de Granby sera de retour dans la ville où il a grandi puisqu’il sera porte-parole du Festival international de la chanson de Granby qui aura lieu du 19 au 29 août. Lui-même demi-finaliste du concours en 2009, le chanteur conseillera les jeunes auteurs-compositeurs-interprètes de demain. « À la base, je suis vraiment honoré. Mon vrai rôle sera de passer la semaine avec les participants, d’échanger avec eux. Je suis de la même génération que plusieurs d’entre eux, je suis là pour me faire du fun ».

Le musicien aux yeux bleus foulera la scène du parc Casimir-Dessaulles le 21 juillet. Selon lui, il n’y a pas la même intimité lorsqu’on présente un spectacle en extérieur. Il faut être plus divertissant et avoir plus d’énergie. « Il y aura beaucoup de tendresse, on est là pour faire rire et sourire », promet Alex Nevsky.

image