23 juin 2011
Chevrolet Camaro cabriolet
Plus belle sans le haut
Par: Marc Bouchard

Elle a laissé tomber le haut, mais n’a rien perdu de son charme. Au contraire dirais-je, le fait de ne plus rien dissimuler laisse plus de place à ses courbes bien dodues, à son charme remarquable et à ses qualités physiques, avouons-le, plutôt réussies.

Publicité
Activer le son

Qui aurait cru en effet qu’en laissant tomber le haut, elle serait encore plus jolie, cette Chevrolet Camaro (vous aviez bien sûr compris qu’il était question d’une auto cabriolet, et rien d’autre!).

Car admettez-le, elle a bien quelques défauts, mais s’il est une qualité qui distingue la nouvelle génération de la Chevrolet Camaro, c’est bien le style unique et tellement affirmé. Car même si elle est un peu moins proche de la tradition et de la nostalgie, personne ne pourra reprocher à la Chevrolet Camaro d’avoir un style hésitant.

Jolie silhouette

Le style de la Camaro est définitivement plus proche de celui de la science-fiction. Évidemment, son apparition dans le film Transformers n’a rien fait pour empêcher cette constatation. Et comme mon modèle d’essai était jaune ligné de noir de surcroît (les amateurs de Bumblebee sauront de quoi je parle), difficile de ne pas y penser.

Comme sa sœur deux portes, elle possède un capot qui s’étire, des phares et une calandre unique qui la rendent facile à distinguer même de loin, et qui ne sont pas sans rappeler la silhouette même des Camaro des années 60. Ce qui, vous l’aurez compris, n’est pas un hasard.Mais en version cabriolet, elle perd un peu de sa lourdeur visuelle et devient plus aérée, plus légère. Le toit de toile (à trois épaisseurs et d’excellente qualité par ailleurs) est un choix intelligent puisqu’il vient couper une ligne parfois trop carrée.Quant à l’habitacle, il conserve le style qu’on lui connaît, reprenant encore une fois les grands traits des anciennes générations, en y ajoutant la touche de modernisme souhaitée. En fait, convertible ou coupé, l’habitacle de la Camaro offre un tableau de bord simple et efficace.L’imposant mécanisme permettant de retirer le toit de toile en quelque 20 secondes (ce qui est dans la bonne moyenne pour un système du genre) oblige à rétrécir un peu l’espace disponible pour les passagers, au détriment de leur confort. Enfin, ne rêvez même pas de transporter des passagers aux places arrière. Fiston a envisagé sérieusement un recours en justice après que je lui ai fait subir les affres d’un aller-retour entre la maison et le centre-ville montréalais.Le vrai bémol cependant provient de la visibilité, difficile déjà dans la Camaro coupée et qui n’a rien de plus simple dans la version cabriolet. Sauf que, une fois le toit retiré, on se sent plus à l’aise.

Un V8

Parce qu’une Camaro ne saurait être une Camaro sans un moteur puissant, on retrouve en version cabriolet la déclinaison SS et son moteur V8 de 400 chevaux. Mais en matière d’essai j’ai souhaité être plus raisonnable et me contenter de la version V6, un tantinet moins puissante, notamment mariée à une boîte automatique qui réagit rapidement aux exigences des routes les plus difficiles.

À ces moteurs, que l’on connaissait déjà sur le coupé, il faut ajouter une répartition des masses quasi parfaites de 52-48 %. Cette division permet de conserver un équilibre remarquable sur la voiture, d’autant plus qu’on a augmenté considérablement la rigidité du châssis, histoire de compenser la perte du toit. Une belle performance aussi quand on sait que le mécanisme du toit à lui seul ajoute près de 112 kilos à l’ensemble, une lourdeur dont se serait bien passée la direction.Le résultat est remarquable de stabilité et le châssis profite d’une rigidité exceptionnelle pour une voiture de cette taille, et de cette stature, gracieuseté notamment d’une abondance de barres installées sous le capot et partout dans la structure.Même en conduite dynamique, la Cabriolet profite de nouvelles suspensions mieux calibrées et d’une direction nettement moins relâchée et plus communicative. Elle a encore un peu de chemin à faire en ce domaine, mais on sent l’amélioration.Fiche techniqueMoteur : V6 3.6LPuissance (ch@tr/min): 312 @ 6400Couple ( lb.pi@tr/min ): 278 @ 5200Roues motrices : ArrièreTransmission : Automatique à 6 rapportsConsommation : 12.4 l aux 100 km (ville) / 7.1 l aux 100 km (route)Prix : de 35 445 à 49 285 $Feux vertsSilhouette réussieMoteur puissantBel équilibre des massesFeux jaunesAccès arrière difficilePlaces arrière exigüesVisibilité avec le toit

image