5 novembre 2020
Carte blanche
Popcorn politique
Par: Christian Vanasse
Publicité
Activer le son

Tsé dins’ films américains, y a toujours un moment où touttttte va mal. Les protagonistes sont divisés, les antagonistes sur le bord de gagner et tout espoir semble perdu… et là hop! Une série de trucs inattendus arrive qui change complètement la situation et tout finit par bien finir?

Bon. Ben, on n’est vraiment pas rendus à ce bout-là. Même qu’on en est encore loin. C’est pas pour vous décourager, mais ça va aller pire avant que ça aille mieux. Autant se le dire tout de suite, y a pas juste l’hiver prochain qui va être plate.

Vous aurez deviné que je fais référence ici aux élections dedans les États-Désunis. Ah, ben oui, ce matin dans votre journal local, j’aurais vraiment préféré vous parler de nature, de terres agricoles et d’enjeux qui nous touchent au quotidien, mais la tragédie-comique qui joue au-dessus de nos têtes prend pas mal toute la place.

C’est pas un film, vous me direz, et vous avez raison. Vous êtes forts, très forts, vous êtes même méta-forts! C’est pas un Hollywood-movie, ni même une télé-réalité, c’est juste la réalité. Plate et crue. Et dans cette réalité, on est plus proches des Américains qu’on ne le pense. Culturellement, économiquement et politiquement, nous sommes liés, comme dit le dicton (ironiquement très de circonstance) : « Quand les USofA éternuent, le Canada pogne la grippe. »

Pour continuer dans l’analogie, si on ne fait pas attention, nous aussi vivrons bientôt dans la division, le populisme et le freakshow des trolls politiques lâchés lousses. Le bon côté de l’affaire, parce qu’il y en a un, c’est que ce mauvais film américain, on a encore le temps d’en modifier le scénario avant qu’il n’arrive sur nos écrans.

image