10 juillet 2014
BMW M235 2014
Possédé
Par: Marc Bouchard

Certaines voitures ne demandent qu’à être conduites de façon dynamique. Un peu comme la BMW M235 le fait. À son volant, on se sent presque obligé d’effectuer les virages en conservant notre ligne de course ou de faire rugir notre moteur dès que l’occasion se présente. En fait, on agit comme si la petite voiture nous possédait.

publicité

Attention, j’ai bien dit ici conduire de façon dynamique, et non faire le fou sur la route. Il y a une marge qu’il n’est pas nécessaire de franchir lorsqu’on est au volant de la petite BMW, puisque les sensations de conduite à son bord sont tellement grandes qu’il n’est pas nécessaire de la pousser à l’extrême.

Tout cela, gracieuseté notamment de son moteur à 6 cylindres en ligne bi-turbo capable de développer la bagatelle de 322 chevaux, et à sa boîte de vitesses manuelle à 6 rapports qui s’étage avec précision pour assurer le maximum de sensation. La course même du levier, très courte, entraîne parfois une petite confusion à l’arrêt pour revenir en position originale, mais rien de plus. Précisons qu’une version automatique est aussi au menu. Bref, la M235, sans être une véritable M au sens que l’on donne généralement aux super voitures de performance de la gamme, n’en est pas moins amusante et stimulante. Comme toutes les BMW, elle est d’abord tournée vers le plaisir de conduite, ce qu’elle procure d’abondance.

Vie à bord

Physiquement, précisons que les séries paires de BMW sont en général les versions Coupés des berlines à l’appellation impaire. Facile de comprendre alors que la BMW M235, une série 2, est une petite deux portes, ce qui rend l’accès aux places arrière un peu exigeant. Il faut dire que la taille même du véhicule ne laisse pas présager un espace abondant pour les passagers, bien qu’une fois installés, ils puissent profiter d’un confort relatif.

Chose surprenante, toutes proportions gardées, le coffre arrière est spacieux, et profite d’une ouverture de taille suffisante pour en assurer la polyvalence. Le véritable coup de coeur est cependant à l’avant. Les sièges sont enveloppants, sans être sportifs, et capables de s’ajuster suffisamment pour trouver la position de conduite idéale. La ligne de toit n’est pas assez plongeante pour limiter l’espace, ni pour troubler la visibilité. Le tableau de bord fait dans la sobriété, et intègre une molette multimédia dans la console centrale permettant de naviguer dans le menu de divertissement ou de confort grâce à un affichage au coeur même de la planche de bord. Tout cela est familier aux usagers de BMW puisqu’on reste ici dans la sobriété. Le vrai plaisir demeure celui du pilote. Un petit coup d’accélérateur, après avoir placé le mode de conduite au volet sport, suscitera un ronron mécanique à faire frissonner, et permettra un 0 à 100 km à l’heure en moins de 5 secondes. Il faut bien compter sur un débattement des suspensions parfois un peu trop important, mais même en virage, la petite voiture contrôle son transfert de poids sans hésitation. Une fois derrière le volant de cette M235, on se sent littéralement possédé. Heureusement, la petite voiture a une âme de sportive qu’il est facile de maîtriser. Facile et agréable, si on se sent prêts à investir les 45 000 $ nécessaires.

Forces :

– Direction précision – Moteur vif – Freinage spectaculaire

Faiblesses :

– Design arrière ordinaire – Accès aux places arrière – Prix d’achat

Fiche technique :

Moteur : V6 3.0L turbo DACT 24 soupapes Puissance (ch@tr/min) : 322 @ 5800 Couple (lb.pi@tr/min) : 332 @ 1400 Roues motrices : Arrière Transmission : Manuelle à 6 rapports Transmission opt. #1 : Automatique à 8 rapports Prix : 47 095 $

image