22 octobre 2015
Pour un érotisme émotionnel
Par: Alice De guise
Pour un érotisme émotionnel

Pour un érotisme émotionnel

Kim Messier, l’auteure de Je t’ai dans la peau, est aussi critique littéraire au Courrier de Saint-Hyacinthe.

Kim Messier, l’auteure de Je t’ai dans la peau, est aussi critique littéraire au Courrier de Saint-Hyacinthe.

Je t’ai dans la peau, roman de Kim Messier.

Je t’ai dans la peau, roman de Kim Messier.

Réflexions, romance et émotions sont les mots qui pourraient bien décrire le nouveau roman de Kim Messier. C’est à travers un univers bien ancrédans le réel que l’auteure livre son plus récent roman Je t’ai dans la peau.

Publicité
Activer le son

Dans Je t’ai dans la peau, le personnage principal Valérie tente tant bien que mal de traverser son récent divorce. Puisqu’elle est la responsable de cette séparation, elle éprouve un grand sentiment de culpabilité envers sa fille. Elle se trouve confrontée à une responsabilité accrue du bonheur ou, dans ce cas-ci, du malheur de son enfant. Valérie a l’impression de ruiner l’avenir de sa fille en s’étant séparée de son père. Avec l’aide de ses trois amies et la rencontre ­impromptue du beau Karl, la vie de la jeune femme prendra une tournure inattendue.

Kim Messier avait déjà quatre romans à son actif avant la publication de Je t’ai dans la peau. Les deux premiers, soient Le ­placard et Coming out, étant publié dans la collection Tabou aux Éditions de Mortagne, sont des romans jeunesse. « Mes deux romans jeunesse avaient pour but de sensibiliser les jeunes à la réalité d’une jeune femme homosexuelle au ­secondaire », affirme l’auteure.

À l’opposé, le duo Baiser à Manhattan et Aimer à Manhattan sont, quant à eux, des romans pour adultes de genre érotique. « J’ai toujours voulu, un jour, écrire un récit osé, mais en incluant beaucoup d’émotions et de réflexions. Bien souvent, dans ce genre, les questionnements, les sentiments et le réalisme ne sont pas le point central de l’histoire. Selon moi, c’est un manque et je voulais le combler dans mes propres romans », souligne Kim Messier.

Pour Je t’ai dans la peau, l’auteure ­souhaitait un roman plus émotif et ­psychologique. Le réalisme est un critère des plus importants pour l’auteure. « Un an plus tôt, je me suis séparée et j’ai décidé de rédiger un roman d’amour osé qui ­parlerait de séparation, de deuil d’un couple et d’une vie de famille souhaitée. Je voulais inclure mes émotions, mes ­questionnements et mes peurs dans le ­récit de Valérie », explique-t-elle.

Les thèmes de la découverte d’une ­nouvelle sexualité, de la famille recomposée/moderne ainsi que de la quête de soi sont d’actualité. Ils rejoignent la réalité de nombreuses femmes. Durant toute leur lecture, les lectrices arrivent à s’identifier à Valérie. L’histoire racontée pourrait très bien arriver à l’une d’elles. « Mon ­expérience personnelle a teinté tout mon roman et celui-ci a évolué avec moi toute l’année durant. Parfois, c’était très difficile à écrire. J’avoue, j’ai pleuré. Le récit de ­Valérie reste fictif, mais tout le côté émotif est réel », tient-elle à préciser.

C’est donc dans le partage que Kim ­Messier se met à nue pour ses lectrices. L’auteure est d’ailleurs déjà en pleine ­rédaction pour un troisième roman ­jeunesse ainsi qu’un autre roman érotique. Par contre, l’auteure souhaite que ce soit le dernier de ce genre. « J’ai envie d’écrire d’autres genres de récits. Je ne veux pas être prise dans un style particulier », insiste-t-elle.

Pour ce qui est du futur, Kim Messier ­souhaite un jour voyager grâce à ses livres, mais son rêve serait de vivre de sa plume. « Pour l’instant, j’enseigne et j’adore ça! Si un jour j’arrive à faire assez d’argent pour vivre de ma plume, je serai au paradis, mais, en attendant, je suis très heureuse. Je travaille avec des gens géniaux dans une école merveilleuse. » Je t’ai dans la peau est disponible depuis le mois d’août.

image