7 juin 2018
Campagne de sensibilisation sur nos routes
Pour une cohabitation harmonieuse entre automobilistes et agriculteurs 
Par: Jean-Luc Lorry
Sur la photo dans l’ordre habituel, Christian St-Jacques, président de la Fédération de l’UPA de la Montérégie; Julie Robert, conseillère à l’aménagement à la Fédération de l’UPA de la Montérégie; Chantal Soucy, députée de Saint-Hyacinthe; Francine Morin, préfet de la MRC des Maskoutains; et André Mousseau, président du syndicat de l’UPA, Vallée maskoutaine.

Sur la photo dans l’ordre habituel, Christian St-Jacques, président de la Fédération de l’UPA de la Montérégie; Julie Robert, conseillère à l’aménagement à la Fédération de l’UPA de la Montérégie; Chantal Soucy, députée de Saint-Hyacinthe; Francine Morin, préfet de la MRC des Maskoutains; et André Mousseau, président du syndicat de l’UPA, Vallée maskoutaine.

Selon l’UPA, le faible taux d’accidents impliquant des véhicules agricoles explique l’absence de campagne de sensibilisation réalisée par la Société de l’Assurance Automobile du Québec (SAAQ).

Selon l’UPA, le faible taux d’accidents impliquant des véhicules agricoles explique l’absence de campagne de sensibilisation réalisée par la Société de l’Assurance Automobile du Québec (SAAQ).

Pour permettre une cohabitation harmonieuse entre automobilistes et agriculteurs, le milieu agricole régional a mis sur pied une campagne de sensibilisation prenant la forme d’affiches installées dans la plupart des 17 municipalités du territoire.

publicité

« Cultivons la patience, c’est la bonne voie! » est une initiative des syndicats de producteurs agricoles de la Vallée maskoutaine et Maskoutains Nord-Est. Ce projet novateur est soutenu par la MRC des Maskoutains. 

« La machinerie est de plus en plus importante et le temps est limité pour travailler dans le champ. L’agriculteur doit être sur ses terres lorsque la météo permet les bonnes pratiques », indique André Mousseau, président du syndicat de l’UPA, Vallée maskoutaine. 

Selon ce serriculteur, les activités agricoles atteignent un pic au printemps et à l’automne. « En mai et juin, c’est le temps des semis, de l’épandage d’herbicide et de la première coupe de foin. En automne, nous sommes en pleine récolte », décrit M. Mousseau.

La machinerie agricole croisée sur les routes est souvent un tracteur dont la largeur oscille entre 2,6 mètres et 3,7 mètres. Les véhicules dont la largeur dépasse 5,3 mètres, comme c’est la cas avec une moissonneuse-batteuse, doivent être accompagnés par un ou deux véhicules d’escorte équipés de feux jaunes clignotants. 

« La Montérégie compte 11 000 producteurs agricoles et environ 3,5 millions d’habitants. La plus forte concentration de producteurs agricoles au Québec se trouve ici avec 1 200 fermes », souligne Julie Robert, conseillère en aménagement à la Fédération de l’UPA de la Montérégie.

Pour dévoiler cette campagne de sensibilisation sur la sécurité routière, l’UPA et la MRC des Maskoutains avaient convié les médias à la ferme Laitquipe Michon située à La Présentation.

« La sécurité routière est un défi récurrent pour le secteur agricole. Partout au Québec, les conducteurs de véhicules agricoles sont confrontés aux dangers liés à l’utilisation de la route. Nous ne voulons pas nuire, mais simplement remplir notre mission première qui est de nourrir la population », mentionne Christian St-Jacques, président de la Fédération de l’UPA de la Montérégie. 

Selon l’UPA, le faible taux d’accidents impliquant des véhicules agricoles explique l’absence de campagne de sensibilisation réalisée par la Société de l’Assurance Automobile du Québec (SAAQ).

image