9 juillet 2015
Pour une Fête nationale rassembleuse
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

En réponse à la chronique de Christian Vanasse « Les joyeuses fêtes de la CAQ » publiée dans l’édition du 25 juin du Courrier de Saint-Hyacinthe, j’aimerais rétablir certains faits au nom de mon parti.

Premièrement, il est vrai que mes ­collègues députés, Benoit Charette et Claire Samson, trouvent inacceptable qu‘en 2015 les activités de la Fête ­nationale soient toujours organisées par le Mouvement national des Québécois (MNQ). Pourquoi? Parce que le MNQ est intimement lié au mouvement souverainiste. Il serait difficile de prétendre le contraire puisque la mission du mouvement est officiellement de « faire du ­Québec un pays français et démocratique ».

Le problème, c’est que le MNQ a ­tendance à prioriser les artistes qui ­partagent la même allégeance politique qu’eux. Tout le monde sait que les ­animateurs et les artistes invités par le MNQ le sont souvent parce qu’ils sont clairement affichés comme souverainistes. Tout comme mes collègues, je trouve que c’est tout à fait discriminatoire et inacceptable.

Mais également, le mouvement ­souverainiste tente de s’approprier la fête nationale tout comme le Parti québécois qui tente bien souvent de s’adjuger le fleurdelisé. Alors que les souverainistes n’ont pas l’exclusivité de la Fête nationale et encore moins l’exclusivité de l’amour que l’on peut porter à notre langue, notre culture et notre histoire. La Fête ­nationale appartient à tous les Québécois quels que soient leur couleur politique. Elle doit donc s’adresser aux gens de toute conviction, et surtout promouvoir un discours qui rassemble les gens au lieu de les diviser. La CAQ n’a JAMAIS ­proposé d’enlever les discours ­patriotiques. Il y a une différence entre faire un discours pour crier haut et fort notre fierté pour notre nation, et un ­discours pour faire la promotion de la ­souveraineté du Québec, surtout lorsque les Québécois sont de plus en plus nombreux à délaisser l’idée de la souveraineté.

Bref, la CAQ demande donc à ce que l’organisation des festivités soit confiée à un organisme neutre. Arrêtons d’instrumentaliser la Ffête nationale et assurons-nous qu’elle ne soit pas l’extension de la promotion de la souveraineté au Québec. En fin de compte, il ne faut pas oublier que la Fête nationale est payée majoritairement par des fonds publics!

En passant, agiter le drapeau québécois n’a pas la même signification pour tous, et il est toujours préférable de vérifier ses sources avant de catégoriser un parti ­politique d’anarcho-communistes…

image