4 juin 2020
Forum
Pour une piétonnisation par étape
Par: Le Courrier

Rue des Cascades piétonne tout l’été : est-ce une bonne idée? C’est le titre du sondage de la semaine dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe. Le centre-ville est composé de milliers de personnes qui vivent des réalités différentes. Avant de s’entredéchirer sur les réseaux sociaux pour le oui ou pour le non, de se traiter de tous les noms, j’aimerais bien qu’une réflexion plus profonde soit entamée, autant pour les résidents que pour les visiteurs et les commerçants.

Publicité
Activer le son

Chaque commerçant qui a décidé de s’établir et d’immobiliser des centaines de milliers de dollars au centre-ville l’a fait en toute connaissance de cause dans une communauté avec ses qualités et ses défauts et dans un contexte de réglementation municipale au moment de son ouverture.

Chaque commerce est différent. Certains sont des commerces très nichés et de destination, d’autres des commerces d’impulsion (des « walk-in », pardonnez-moi l’anglicisme) et encore d’autres un hybride entre les deux. De certains commerces, je peux sortir avec ma nouvelle tondeuse ou ma nouvelle garde-robe saisonnière, et dans d’autres, je peux m’arrêter prendre une bière, m’acheter le journal, etc. Certains commerces offrent des services et reçoivent des clients sur place et d’autres des services qui se déplacent vers le client. Plusieurs réalités différentes.

Il est évident pour moi qu’un projet de fermeture de rue saisonnier ne fera jamais l’unanimité sans un travail de logistique urbaine plus poussé. Pour certains commerces, ça peut aller jusqu’à se relocaliser, et pour d’autres, ça peut créer une expansion.

Les rues transversales devront bien gérer l’accueil des camions de livraison, certaines voies à sens unique pourraient être révisées, les stationnements autour du marché aussi pourraient être révisés pour rendre la circulation plus fluide. Par ma propre expérience (rénovation du marché et construction du complexe Joia), même si on laisse un tronçon de la rue des Cascades ouvert entre Saint-Simon et Saint-François, il sera en permanence obstrué par la circulation arrêtée chaque fois qu’une voiture sort du stationnement de la rue Saint-François, et croyez-moi, la tension monte et culmine autour du marché.

Je dis oui pour un projet pilote de rue piétonnière, en étapes. Peut-être une aide financière pour les entreprises désirant une piétonnisation rapide pour se relocaliser et adapter les locaux vides de l’allée du Marché qui est déjà piétonne? Ou donner le droit de devantures de type pop-up aux commerçants existants et faire les événements spéciaux dans l’allée du Marché?

Ensuite, élargir le projet graduellement en piétonnisant le mois de juillet? Faire une campagne qui instruit le public sur les options de stationnement? Un service de valet qui gère le stationnement? Des employés saisonniers qui aident les personnes avec le transport des achats plus encombrants? Des débarcadères stratégiques de 15 minutes? Une terrasse énorme et commune aux frais de tous les restos et bars du centre-ville qui le désirent? L’application rigoureuse des zones non fumeuses? Et ainsi de suite, je sais que tout n’est pas possible, mais on jase. Chaque mauvaise idée à un potentiel de devenir l’étincelle pour créer une bonne idée, non?

Mettons-nous au travail sur des planches à dessin avec l’aide d’au moins un expert en logistique urbaine qui, idéalement, travaille au centre-ville. Créons un plan qui prouve une circulation fluide et agréable.

Pensons aussi à une stratégie de relation publique qui change le narratif de pauvre centre-ville… Pourquoi pas un centre-ville actif et uni?

Que tu sois un Oui ou un Non, tu es ma communauté que j’aime et que je respecte. Sois sensible et exprime tes opinions avec empathie. Écoute les deux camps avec compassion. Apporte des solutions rassembleuses sur la table et dynamisons correctement ce bijou de centre-ville rempli d’acteurs passionnés.

Joe Omobono, propriétaire de La vie La vie Comptoir Santé et résident de la rue Saint-Simon

image