1 juillet 2021
Pour une Route verte à Saint-Hyacinthe
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

De plus en plus, les gens recherchent des activités de plein air agréables à pratiquer tout au long de l’année. Le vélo est un de ces sports privilégiés en constante expansion et mis de l’avant avec la pandémie. Malheureusement, les Maskoutains ne peuvent se prévaloir de ce sport.

L’exode la semaine et les fins de semaine en témoigne. Comme beaucoup de cyclistes, depuis trop d’années déjà, je souhaite vivement que le réseau de pistes cyclables maskoutain soit relié à la Route verte. Le projet de la voie ferrée désaffectée qui nous relierait à la Route des champs semble mis sur la glace. Les quelques nouvelles reçues semblent restées au même point qu’il y a 20 ans.

Je me demande même s’il y a vraiment une volonté réelle de la part de la Ville. Pourtant, cette dernière en retirerait largement des avantages à en juger par l’affluence à Granby, Farnham et même Waterloo.

À Granby, les trois stationnements sont pleins à longueur de semaine. À Farnham, depuis l’asphaltage complet de la piste Montérégiade, c’est de plus en plus fréquenté. À Waterloo, malgré une population restreinte de 4400 habitants, la Ville considère l’importance de ce sport pour la santé, le loisir et le bien-être. C’est pourquoi le contrat du réseau cyclable a été donné à une entreprise qui a réussi à en faire un véritable attrait touristique avec haltes, toilettes, tables à pique-nique, bancs, outils, pompe, location.

Pour la Ville de Saint-Hyacinthe, l’objectif d’atteindre une population de 60 000 habitants en serait sûrement bonifié. L’exode, non seulement pour son loisir, mais pour y établir sa résidence, existe. C’est la raison de départ de plusieurs cyclistes rencontrés et probablement la mienne. Une plus grande considération du vélo de la part de la Ville joint à des actions concrètes pourrait sûrement amener des résidents, des visiteurs et des consommateurs.

Au minimum, un cycliste recherche des pistes asphaltées, en milieu naturel, en continu, où il peut atteindre une vitesse de croisière en toute sécurité, avec haltes et services de toilettes. La possibilité de réseau est toujours plus invitante. La porte d’entrée pourrait être une halte avec services près de la métairie/voie ferrée/ cours d’eau.

J’invite les cyclistes à prendre la parole pour appuyer ma demande ou faire valoir leur point de vue.

Andrée Guertin, Saint-Hyacinthe

image