5 avril 2018
entre les lignes
Prendre son envol
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Dans la catégorie des excellentes nouvelles, il faut placer bien haut l’offre du transporteur Axair Aviation qui permet dorénavant aux Maskoutains qui le souhaitent de prendre un vol nolisé de l’aéroport de Saint-Hyacinthe vers des destinations autant québécoises, canadiennes qu’américaines.

Il s’agit d’un développement majeur qui était attendu depuis longtemps. Souhaitons donc bonne chance à Michel Pascal et à ses associés.

Cette option ouvre toute grande la porte à l’utilisation commerciale de l’aéroport, qui ne doit plus être vu comme un équipement exclusivement récréatif. Pour Saint-Hyacinthe, c’est un atout considérable dans sa manche. Autant pour soutenir son développement commercial et industriel que le tourisme d’affaires.

Pour les partisans de la municipalisation de l’aéroport, ceux qui souhaitent par exemple que Saint-Hyacinthe Technopole assure un jour la gestion de cet actif, il n’est pas dit que ce nouveau service de vols nolisés soit vu comme une bonne chose pour autant. 

Le fait qu’un promoteur privé se lance dans cette aventure à partir d’un aéroport privé démontre que le modèle actuel fonctionne et que Saint-Hyacinthe n’aurait en théorie pas grand-chose à gagner en s’en portant acquéreur. La Ville de Saint-Hyacinthe semble en effet avoir le meilleur des deux mondes à l’heure actuelle. Elle profite de la présence de l’aéroport et n’assume aucune dépense ou déficit, tout en touchant même au passage les revenus des taxes foncières liés à son utilisation et à son développement immobilier. 

On comprend aisément le propriétaire actuel de rager un peu, lui qui a toujours dû se battre ces dernières années pour arracher de maigres subventions à la Ville de Saint-Hyacinthe. 

Si la solution ne réside pas dans la municipalisation pure et simple de cet aéroport, peut-être devrait-on travailler à dénicher une formule hybride, quelque part entre le modèle privé actuel et la municipalisation. L’objectif doit être d’assurer la pérennité d’un équipement certes fragile, mais assurément utile pour une ville qui tient mordicus à accélérer sa croissance à tous les niveaux. 

image