14 novembre 2013
Près de 40 000 $ à deux entreprises de la Montérégie
Par: Le Courrier
On reconnaît sur la photo, de gauche à droite, Jean-François Beauregard, Stéphanie Kerouac et Hugo Berthiaume, de l'entreprise Petit Muzo; le député de Saint-Hyacinthe, Émilien Pelletier; et Karole Paradis, des Bonbons Kel.

On reconnaît sur la photo, de gauche à droite, Jean-François Beauregard, Stéphanie Kerouac et Hugo Berthiaume, de l'entreprise Petit Muzo; le député de Saint-Hyacinthe, Émilien Pelletier; et Karole Paradis, des Bonbons Kel.

Le député de Saint-Hyacinthe, Émilien Pelletier, au nom du ministre délégué aux Régions, Gaétan Lelièvre, a annoncé le versement d’une aide financière de 39 000 $ pour deux projets, soit 14 000 $ à l’entreprise Bonbons Kel de Saint-Liboire, pour la production et la mise en marché de bonbons artisanaux, et 25 000 $ à l’entreprise Petit Muzo de Rougemont, pour la production et la mise en marché d’une gamme de g��teries pour chiens.

Publicité
Activer le son

L’aide financière provient de la mesure pour stimuler le développement de produits de spécialité, une mesure innovatrice issue de la Politique nationale de la ruralité 2007-2014.

Grâce à cet appui financier, Bonbons Kel produira quatre nouveaux bonbons en sucre tiré, fabriqués de façon artisanale : des cannes de Noël, de gros suçons multicolores, des bonbons à base de sirop d’érable et des bonbons à base de sucre biologique. Le coût total du projet est évalué à 53 000 $. Quant à Petit Muzo, avec l’aide financière accordée, elle produira une gamme de gâteries pour chiens faites à partir de coeurs et de foies de poulet déshydratés. Ces produits, 100 % naturels, sans colorants, agents de conservation ou additifs et composés uniquement d’ingrédients locaux, seront fabriqués au centre de production de l’entreprise situé sur le territoire de la municipalité de Rougemont. Le coût total du projet est évalué à 86 000 $. « Par cette mesure, des promoteurs de notre milieu ont des ressources financières supplémentaires pour investir dans l’élaboration de produits de spécialité de manière à diversifier l’économie locale tout en participant activement à l’essor de nos milieux ruraux », a déclaré le député Pelletier. La mesure pour stimuler le développement de produits de spécialité, qui offre des subventions pouvant atteindre 25 000 $ par projet, a pour but de soutenir la création d’activités nouvelles en territoire rural en misant sur des projets liés aux ressources, aux savoirs, aux savoir-faire et aux capacités d’innovation des promoteurs ruraux. Elle appuie des microprojets dans le secteur bioalimentaire ainsi que dans les domaines des produits forestiers non ligneux et de la forêt, de la culture, du patrimoine et des produits de l’artisanat.

image