23 septembre 2021
Agrandissement de l’usine Olymel de Saint-Damase
Près de 500 travailleurs et 31,5 M$ investis
Par: Jean-Luc Lorry

L’usine Olymel de Saint-Damase contrôle maintenant l’ensemble du processus de production comprenant les opérations d’abattage, de découpe et de préemballage de volaille. Photo gracieuseté

Après avoir investi 31,5 M$ à son usine d’abattage et de découpe de volaille de Saint-Damase, le géant québécois de l’agroalimentaire Olymel dispose maintenant d’un établissement agrandi et modernisé qui a permis la création de 80 emplois.

Publicité
Activer le son

Ce site de production, dont la capacité d’abattage est d’environ un million d’oiseaux par semaine, compte actuellement près de 500 travailleurs répartis sur quatre quarts de travail.

Débuté il y a un an, ce projet majeur d’expansion comprend l’addition d’une nouvelle ligne de découpe automatisée, de trois lignes de désossage automatiques et de quatre lignes d’emballage en cabarets.

L’entreprise a également réaménagé des espaces de production et a installé une nouvelle zone d’expédition ainsi qu’un entrepôt réfrigéré. Les aires de service réservées aux employés et la cafétéria de l’établissement ont été agrandies.

Rapatriement du préemballage

Le principal objectif de cet agrandissement était de rapatrier à l’usine de Saint-Damase les opérations de préemballage qui étaient auparavant données en sous-traitance. L’ajout de cette étape de production permet à Olymel de réduire de manière significative la manipulation et le transport des produits, d’assurer un meilleur contrôle de la qualité et d’optimiser le traitement des commandes et de la logistique.

« La concrétisation de ce projet permet à Olymel d’être en mesure de répondre de manière plus efficace et plus rapide aux exigences de clients recherchant tant la qualité que des volumes importants de produits de volaille spécifiques afin de mieux servir les consommateurs. Pour Olymel, contrôler tout le processus de transformation et sa qualité jusqu’à la livraison représente un avantage concurrentiel indéniable », a indiqué dans un communiqué Réjean Nadeau, président-directeur général d’Olymel.

« Le rapatriement des activités de préemballage nous permet des économies significatives au niveau du transport et de moins manipuler le produit. Cela représente un atout pour nos clients qui ont besoin de très gros volumes », complète Richard Vigneault, porte-parole d’Olymel, en entretien téléphonique au COURRIER.

En plus d’un nouveau quart de travail dédié au préemballage, l’usine Olymel de Saint-Damase compte deux quarts de travail en abattage et en découpe et un quart affecté à la sanitation (nettoyage des équipements).

L’usine de Saint-Damase est l’un des principaux sites de production de volaille d’Olymel à l’échelle canadienne. Ces dernières années, le transformateur de viande, dont le siège social est situé à Saint-Hyacinthe, y a investi près de 60 M$. En 2016, Olymel avait consacré 12 M$ pour l’aménagement d’une salle de refroidissement à l’air des poulets. Trois ans plus tard, l’entreprise agroalimentaire a investi 15 M$ dans l’installation d’un important système d’anesthésie des oiseaux au CO2.

image