28 juillet 2011
Prévoir l’imprévisible
Par: Le Courrier
Chantal Lemieux à la Cantine Chez Jos.

Chantal Lemieux à la Cantine Chez Jos.

Même lorsqu’il compte sur une clientèle fidèle, même lorsqu’il mise sur une réputation acquise depuis des dizaines d’années, le succès d’un restaurant est soumis à des aléas qui dépassent souvent la portée de ses propriétaires ou les caprices du marché.

Publicité
Activer le son

Parlez-en à Stéphane Camiré et Chantal Lemieux, qui tiennent les rênes de la Cantine Chez Jos depuis 11 ans. Leur restaurant, lui, souffle déjà ses 34 bougies.

L’aménagement du viaduc Pinard, le prolongement du boulevard Casavant et la fermeture de l’usine voisine Les Portes Cascades – qui comptait une centaine d’employés -, sont autant de coups durs qu’ils ont dû absorber. « On ne pouvait pas mesurer l’impact avant de le vivre. C’est hors de notre contrôle et ça s’ajoute aux autres défis auxquels tous les restaurateurs font face », explique Mme Lemieux. Selon elle, la circulation aurait diminué de 30 % autour de son commerce, surtout depuis l’aménagement du boulevard Casavant qui a passablement modifié les habitudes des automobilistes. « D’un autre côté, le développement immobilier à Douville amène de l’eau au moulin. Beaucoup de travailleurs de la construction sont devenus des habitués », note Mme Lemieux. Et Chez Jos, les habitués ont certains privilèges. « Quand nos clients réguliers arrivent au comptoir, leur commande est déjà prête, rigole-t-elle. On reconnaît les autos dans le stationnement! »

image