4 août 2011
Transport adapté
Projet de carte mensuelle : peu de bénéfices aux usagers
Par: Le Courrier
La carte mensuelle pour les usagers du service de transport adapté n'est pas encore en vigueur qu'elle est déjà sévèrement critiquée.

La carte mensuelle pour les usagers du service de transport adapté n'est pas encore en vigueur qu'elle est déjà sévèrement critiquée.

La carte mensuelle pour les usagers du service de transport adapté de la MRC des Maskoutains n’est pas encore en vigueur que déjà elle est sévèrement critiquée. Le Regroupement maskoutain des utilisateurs du transport adapté (RMUTA) dénonce son prix de vente trop élevé et le peu d’avantages qu’elle offre aux personnes handicapées.

publicité

Si le programme de passe mensuelle était adopté demain matin, la carte serait vendue à 86 $ à Saint-Hyacinthe ainsi qu’à 108 $ et 129 $ dans les municipalités rurales des zones 2 et 3, conformément aux analyses du service de transport.

Pour Paul St-Germain du RMUTA, un organisme de défense de droits, la tarification est exagérée. « Les personnes handicapées ne sont pas les plus riches, elles vivent souvent grâce à des prestations d’aide sociale. En plus, elles doivent payer le montant en un seul versement! », a-t-il expliqué au COURRIER. « Quand on pense à une carte mensuelle, on pense à des économies », a renchéri Chantal Lavallée, secrétaire-trésorière du RMUTA. Même la directrice du service de transport adapté, Micheline Martel, en convient. « Ce qui intéresse les gens, c’est d’utiliser le transport et de profiter de rabais », a-t-elle résumé en entrevue.Or, Paul St-Germain, coordonnateur du RMUTA et père d’un enfant autiste, estime qu’il sera presque impossible pour les usagers de rentabiliser l’achat de la carte mensuelle qui risque même d’entraîner une perte d’argent si elle n’est pas suffisamment mise à profit.« Puisqu’un déplacement revient à 2 $ à l’achat d’un carnet de 10 ou 20 passages en milieu urbain, l’usager devra se procurer la carte le premier du mois et l’utiliser 43 fois, soit 21,5 jours en terme d’aller aller-retour pour ne pas perdre d’argent. Le principe est le même pour les utilisateurs des zones rurales », a révélé le coordonnateur.Cela pourrait s’avérer un véritable casse-tête. Certains mois, les utilisateurs ne pourront carrément pas profiter pleinement de leur achat puisque le service de transport est suspendu durant les jours fériés.« Les mois de janvier, février et juin 2012 comptent 21 jours ouvrables, alors qu’en avril, septembre et décembre le service ne sera offert que pendant 19 jours! », s’est indigné M. St-Germain visiblement déçu par le manque de jugement de la MRC. « Je trouve assez particulier que personne n’ait fait ce genre de calcul pour évaluer la situation. »Par ailleurs, selon les données de la MRC obtenues par le RMUTA, seulement 5 % des 800 usagers admis empruntent les autobus adaptés cinq jours par semaine.« Une bonne proportion d’entre eux se déplacent seulement pour assister aux ateliers du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle (CRDI) dont le nombre de places a chuté depuis les dernières années », a précisé M. St-Germain.Rappelant les impondérables de la vie, il voit mal comment les usagers pourraient être fidèles au poste 21,5 jours par mois. « Dans bien des cas, ce sont des personnes qui ne sortent que pour répondre à des besoins particuliers. Si elles tombent malades une journée, elles ne pourront pas rentabiliser leur carte. »Le coordonnateur craint aussi que les utilisateurs finissent par acheter la carte par simple habitude. « Les personnes ayant des limitations ont déjà assez de soucis en tête, elles ont d’autres choses à faire que de calculer si la carte leur sera profitable ce mois-ci. Elles ne peuvent pas toutes compter sur un aidant naturel ou un ami pour le faire », a insisté M. St-Germain.

image