19 mars 2015
E.T. Corset
Protéger le patrimoine industriel de la démolition
Par: Le Courrier

La lecture de l’article de Benoit Lapierre dans Le Courrier du 12 mars sur l’ancienne E.T. Corset m’apporte un sentiment de désolation. Je ne comprends toujours pas comment les élus d’une ville comme Saint-Hyacinthe n’ont pas plus de vision que ça.

D’un côté, des gens qui travaillent fort pour faire des soirées honorant l’histoire de notre ville et de l’autre, des permis de démolition pour des bâtiments patrimoniaux. Si, comme Mme Adam le précise, la vieille fabrique de corsets n’a plus de toit, nous pouvons tout de même constater que les murs tiennent toujours debout.

Avant d’accorder un permis de démolition, ne pourrait-on pas, comme dans certaines villes près de chez nous, obliger l’intégration de ces mêmes murs dans un plan d’ensemble?

J’ai vu à Granby, Sherbrooke, Trois-Rivières, Acton Vale… Et la liste est encore longue, des projets vraiment intéressants réunissant le patrimoine et le moderne.

Avant de tout démolir, peut-être qu’une réflexion sérieuse de nos élus et des urbanistes serait la bienvenue pour enfin cesser tout ce gaspillage de patrimoine industriel et j’ose l’espérer, réglementer rapidement afin que l’usine Les Orgues canadiennes soit protégée.

Line Languerand

image