27 avril 2017
Patrimoine
Protéger les trésors du Précieux-Sang
Par: Maxime Prévost Durand
Le monastère du Précieux-Sang, rue Girouard Ouest.

Le monastère du Précieux-Sang, rue Girouard Ouest.

Lorsque, en 2013, la Ville de Saint-Hyacinthe a fait l’acquisition du monastère du Précieux-Sang en prévision d’une prise de possession en 2018, elle s’était engagée auprès des religieuses à assurer la protection de leurs archives et de leurs biens patrimoniaux. 

Le conseil municipal vient de passer aux actes en confiant deux mandats à ce sujet, l’un de 12 500 $ au Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, et l’autre de 18 000 $ à la Société du patrimoine religieux de Saint-Hyacinthe, laquelle doit veiller sur toutes les collections des communautés religieuses de la ville. 

Le Centre d’histoire, dont le mandat va du 1er mai 2017 au 28 septembre 2018, procédera au déménagement des archives, puis à leur traitement. De son côté, la Société du patrimoine religieux effectuera l’inventaire, la caractérisation et la sécurisation des objets, un travail qu’elle poursuivra jusqu’en juin 2018. 

La Ville n’a pas encore précisé ce qu’elle entend faire, après le départ des religieuses, du monastère lui-même et des autres bâtiments anciens qui l’entourent, rue Girouard Ouest. D’ici quelques mois, les dernières Sœurs adoratrices du Précieux-Sang vivant toujours au monastère auront quitté leur demeure. Elles doivent aller rejoindre les sœurs de Saint-Joseph et les autres membres de leur propre communauté qui habitent maintenant aux Jardins d’Aurélie, cette maison de retraite que les deux congrégations ont fait construire derrière le monastère.

image