2 juin 2011
Quand l’art et le sport sont réunis!
Par: Véronique Lemonde

Le sport est un sujet rarement exploité dans les arts visuels. Pourquoi? Peut-être croit-on, à tort ou à raison, que ces deux champs d’activité sont tellement diamétralement opposés qu’il serait presque incongru de les réunir dans un même tableau.

Publicité
Activer le son

Et pourtant, l’artiste peintre multidisciplinaire France Malo a pris le pari audacieux de peindre des marathoniens, des coureurs, des nageurs et surtout, des cyclistes! Et ça lui réussi vraiment!

Cette artiste de renom, récemment intronisée Maître en Beaux-Arts par L’Académie internationale des Beaux-Arts du Québec, n’en est pas à ses débuts. Elle enseigne les arts depuis le jeune âge de 15 ans. Cette recherche artistique originale est le résultat d’une accumulation d’expériences de vie, de rigueur dans la qualité expressive de ses formes, de ses dessins et du raffinement de techniques artistiques dans plusieurs médiums. Pour sa récente série Cyclo-Tourisme, France Malo a choisi un lieu d’exposition tout approprié pour ses grandes toiles vibrantes de couleurs et de textures, le Bureau de tourisme de Saint-Hyacinthe. « Je voulais un lieu qui était associé au tourisme et aussi, un lieu fréquenté par les cyclistes. Avec le parc juste à côté, c’est le lieu idéal pour cette série », précise France Malo.

Vivre le vélo!

France Malo a été une cycliste aguerrie il y a bien des années. Entre Montréal et Ottawa ou entre Mont-Saint-Hilaire et Montréal, elle a très souvent pédalé. Elle a aussi fait de la natation de compétition et de la course à pied. Entre l’atelier et le sport, son coeur a souvent balancé. « Je pars pour mon atelier ou je pars courir! »

En exposition solo l’an dernier à l’île d’Orléans, elle remarque les cyclistes qui animent les paysages anciens de l’île de Félix Leclerc et c’est le coup de coeur! La série Cyclo-Tourisme venait de naître. « C’est un sujet assez difficile parce que l’on sépare tout le temps le sport des arts. Mais pourtant, c’est un sujet si inspirant. Par exemple, les cyclistes voyagent, admirent les paysages, prennent le temps de vivre, visitent des musées en cours de route. Les arts ne sont pas du tout incompatibles avec ça, au contraire! Depuis que je peins des cyclistes, je suis constamment sollicitée, je vais peindre au Vélo Fest d’Ottawa, les cyclistes m’abordent, me donnent des idées, des précisions sur leur sport. Je sais que mes cyclistes vont me mener très loin! »Pour les peindre, France Malo a analysé leur physionomie, leur attitude à vélo, elle les a sentis et fait vivre. Avec sa technique d’acrylique sur toile et ses rajouts de polymère, les cyclistes de France Malo se démarquent, brillent et chatoient. Plusieurs éléments architecturaux maskoutains sont aussi intégrés ici et là dans les toiles de l’artiste.« Cette rencontre de passion avec les gens du sport se ressent dans mes tableaux. J’ai vécu beaucoup d’émotions avec cette série et plusieurs personnes ont aussi été très touchées par ces oeuvres. Par exemple, une dame m’a confié que cela la réconciliait avec la mort de sa fille, décédée accidentellement à vélo. C’est fort tout cela! »

L’équilibre de la vie

Dans tout et partout, France Malo recherche constamment l’équilibre dans la vie, dans sa vie.

Sa série Les Figurants, présentée actuellement à la Galerie d’art Ève Fontaine, respecte cette quête. À l’aide d’une charte de couleurs serrée de rouge, jaune, vert et bleu toniques et foncés, elle rend des personnages lumineux qui prennent différentes poses. « Ce sont surtout des représentations intellectuelles d’êtres humains. Tout se passe dans mon ressenti, c’est pourquoi j’ai travaillé de front mes deux séries. Je dois exprimer tout ce que je ressens, c’est une question d’équilibre pour moi », indique France Malo.L’artiste, également céramiste, ne chômera pas cet été, alors qu’elle exposera au Musée du Haut-Richelieu de Saint-Jean-sur-Richelieu et qu’elle participera à de nombreux événements ou tours cyclistes avec ces oeuvres. « Maintenant, j’ai commencé à peindre des marathoniens et bientôt, ce sera des triathlètes. Course, vélo et natation, ce sera donc très complet. » Dans cette optique, certaines de ses oeuvres – reproduites pour l’occasion par un procédé appelé « giclée » – seront remises aux gagnants de la Coupe Dix30, une compétition de course à pied qui se déroule en cinq étapes de mai à août, en Montérégie. Humanine 1 et Humanime 2Deux expositions de France Malo Au Bureau de tourisme de Saint-Hyacinthe età la Galerie d’art Ève FontaineJusqu’au 17 juin

image