1 novembre 2012
Land Rover Range Rover 2013
Quand le meilleur s’améliore
Par: Marc Bouchard

(Marrakech, Maroc) Au moment où vous lirez ces lignes, je serai probablement encore sous le ciel pluvieux du Maroc. Ou peut-être en serais-je à peine revenu.

Mais rassurez-vous, je n’y suis pas allé pour prendre des vacances, mais plutôt pour y mettre à l’épreuve un des plus compétents utilitaires sport de la planète, le tout nouveau Land Rover Range Rover 2013.

Et c’est au Maroc, dans les dunes de sable, sous la pluie diluvienne et dans les Monts Atlas, que le Range Rover a eu l’occasion de faire valoir ses nouveaux talents, et d’impressionner le pilote amateur que je suis. Car il faut bien l’avouer, même si j’ai toujours été un fan du gros utilitaire de luxe, il a cette fois dépassé mes espérances… et mon courage!

Une allure connue

Vous ne serez pas dépaysé en regardant le nouveau Range Rover. Même s’il a été totalement repensé, sa silhouette est quasi identique à son prédécesseur. En fait, il faut bien y regarder pour constater que la ligne de toit est plus prononcée vers l’arrière, que l’ensemble n’a pas tout à fait les mêmes dimensions.

Il est plus facile cependant de constater le changement en regardant la grille de calandre plus raffinée, et les blocs optiques mettant à profit les lumières DEL avec une grande présence. Dans l’habitacle aussi, le changement est radical. Alors que l’on reprochait aux Land Rover en général, et au Range Rover en particulier, d’avoir une console centrale trop chargée, on a allégé le tout, en diminuant le nombre de boutons et en rendant plus simple l’usage du système All Terrain. Un bon mot aussi pour le système multimédia Meridian qui transforme l’habitacle en véritable salle de concert. Mais il possède surtout une caractéristique ergonomique étonnante : l’écran du centre permet de regarder un film tout en roulant, mais l’optique fait en sorte que le conducteur, lui, continue de voir son écran de navigation. Seul le passager peut apercevoir les images. J’avoue qu’il a fallu de longues secondes avant que mon passager et moi-même comprenions de quoi nous parlions : il me racontait le film, et je tentais désespérément de trouver le lien avec mon GPS. C’est finalement en bougeant la tête que nous nous sommes rendu compte de la chose!

Une construction écologique

Alors que le Range Rover n’est disponible chez nous qu’en une seule version, le Supercharged doté d’un V8 de 510 chevaux, on pourrait croire que le véhicule n’a pas de préoccupations environnementales. Détrompez-vous…

Il est vrai qu’on ne peut le qualifier d’économique, mais il se reprend en matière de construction : 50 % des matériaux qui le composent sont recyclés et 85 % sont recyclables ou récupérables. Le gros Range Rover devient donc plus vert que jamais.

Sable, pluie et roche

Sur les routes du Maroc, comme partout, le gros V8 ronronnait de plaisir dès que l’on accélérait. Mais comme nous souhaitions aussi en savourer les plaisirs hors route, nous avons pu franchir quelques kilomètres de dune, de sable et de rochers imposants. Tout cela, faut-il le rappeler, sous quelque 50 millimètres de pluie en moins de trois heures.

Avec son système All Terrain désormais automatique, le Range Rover peut tout affronter. Sur le sable du désert, nous avons dû nous battre quelque peu avec des dunes récalcitrantes de sable mou, mais la puissance du système intégral (et mes qualités de pilote, ça va de soi), a eu raison des obstacles. Sur les roches, le Range Rover a fait la preuve de son angle d’approche désormais plus grand : il a franchi ce qui s’approchait d’une véritable muraille, sans même frémir. Et j’ai réussi à me hisser jusqu’au haut de la montagne sans trop de problèmes, si ce n’est quelques frissons de peur. Mais le gros mastodonte a réussi là où seul, j’aurais échoué. Et il nous a aussi fallu franchir de grands étangs remplis d’eau : pas de problème, la bête peut affronter 90 centimètres d’eau sans broncher. Évidemment, le Range Rover n’est pas à la portée de tous. Avec un prix de base de 114 000 $ environ, il faut être décidé pour l’acheter. Mais j’avoue cependant que cette nouvelle génération est impressionnante; alors que l’ancienne génération franchissait les montagnes, on pourrait presque croire que celle-ci nous amènera vers mars.

Forces :

– Capacités hors route – Finition grand luxe – Moteur puissant

Faiblesses :

– Consommation – Prix

Fiche technique

Moteur : V8 suralimenté Puissance : 510 ch. à 6 000 tr/min Couple : 461 li-pi à 2 500 tr/min Rouage : intégral et option All Terrain Transmission : automatique 8 rapports avec mode manuel 0-100 km à l’heure : 5.4 secondes Prix : 114 795 $

image