26 novembre 2020
Forum
Quand on se regarde…
Par: Le Courrier

Àl’approche du nouveau budget, temps de l’année où la Ville aime bien se comparer à ses consœurs, j’ai décidé de prendre les devants et de faire de même.

Publicité
Activer le son

Depuis le début de la pandémie, il y a eu plusieurs reportages sur les gens de Montréal, Longueuil et Laval, c’est-à-dire au centre de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), désirant en « sortir ». Cette fameuse CMM, nous en sommes heureusement à l’extérieur, car entre autres, nous ne sommes pas desservis par le train de banlieue. Ces gens, voulant quitter la CMM, disent vouloir plus d’espace et un terrain à eux. Il y a explosion des ventes résidentielles hors CMM.

Selon l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), Saint-Sauveur et Mont-Tremblant sont en tête de liste (+118 % et +115 %). Plus près de nous, il y a Granby en 3e position (+80 %) et Drummondville en 15e position (+33 %), mais pas de Saint-Hyacinthe dans le top 20. Pourtant, Saint-Hyacinthe, la jolie! Pourquoi? Est-ce parce que l’offre résidentielle est principalement axée sur le multiétage?

À Mont-Saint-Hilaire, le « plan d’urbanisme durable » (c’est comme ça qu’ils le nomment), fut le fruit d’un exercice exhaustif de consultations citoyennes qui s’est échelonné sur plus de trois ans. Ici, ça se fait en catimini et, peu importe ce que disent les citoyens lors des consultations publiques, ça ne change rien à la décision/vision de la Ville.

Toujours à Mont-Saint-Hilaire, qui est dans la CMM (donc densité plus élevée), les nouveaux développements doivent se faire selon une densité de 21 logements à l’hectare. Ici, hors CMM comme je l’ai cité précédemment, la Ville et la MRC ont établi que cela doit être 31 logements à l’hectare (56 800 habitants). C’est drôle, 21 logements, c’est le même taux exigé à Saint-Pie et à Saint-Damase, qui sont pourtant des pôles secondaires et hors CMM. En comparaison, à Drummondville (+78 000 habitants), c’est 20 logements à l’hectare pour 2031. À la Ville ou à la MRC, est-ce qu’il y aurait quelqu’un qui n’aurait pas bien compris les orientations gouvernementales?

Encore à Mont-Saint-Hilaire, comme beaucoup de municipalités, dont Drummondville, la carte Accès-loisirs est gratuite pour les résidents. Ici, c’est 20 $ pour 4 ans (c’était 2 $ avant 2019) ou 50 $ pour une famille (pour 4 ans). Selon la Ville, il y a plus de 40 000 cartes en circulation, ce qui peut représenter environ 10 000 familles, donc un beau 500 000 $ en 4 ans puisés dans nos poches, soit 400 000 $ de plus qu’avant 2019.

Je vous rappelle que la carte Accès-loisirs ne sert qu’à identifier un résident qui veut utiliser les services de la Ville : piscines, bibliothèques, activités récréatives, etc. Elle ne sert à rien d’autre. En fait, c’est simplement une invention de la Ville. Une carte d’identité avec photo ferait tout aussi bien l’affaire. À noter qu’en plus du coût de cette carte, on doit aussi payer pour les services, et ça, c’est bien normal (utilisateur payeur). Mais avec ses « ententes secrètes » (avec Groupe Sélection et Exceldor, entre autres), la Ville n’hésite pas à donner des crédits de taxes à des entreprises milliardaires.

Selon Le Courrier du 26 mars 2020, depuis 2018, il y aurait plus de 1000 unités de logement de construites à Saint-Hyacinthe. Ainsi que 196 et 199 en 2016 et 2017. C’est donc plus de 1400 en 4 ans. Pourtant, selon l’Institut de la statistique du Québec, en 2019, la population de Saint-Hyacinthe a augmenté d’à peine 850 en 4 ans et d’à peine 1100 depuis 8 ans (2011). Et encore plus bizarre, selon la SCHL, le taux de logements vacants va toujours en diminuant, passant de 3,7 % en 2016 à 3,8 % en 2017 à 1,4 % en 2018 et à 0,5 % en 2019. Conclusion : malgré les belles campagnes publicitaires, il y a peu de nouveaux résidents à Saint-Hyacinthe, à peine suffisamment pour remplacer ceux qui nous quittent (naissances incluses).

J’en reviens au titre, selon le dicton : quand on se regarde, on se désole; quand on se compare, et bien, on se désole encore plus. J’aimerais que les Maskoutains, en 2021, fassent la même chose que ce que Claire Gagné a répondu à une question d’un citoyen lors de la séance du conseil du 17 décembre 2018 : « On change. »

J’aimerais que les Maskoutains fassent la même chose que ce que les citoyens de Sutton ont fait en 2017. Lors des élections municipales, ils ont mis TOUT le conseil municipal dehors (sans exception), et ce, à la suite d’une modification de zonage qu’il avait fait en 2015, et contestée par les citoyens. Contestation que les citoyens ont finalement gagnée en cour en 2018.

J’aimerais qu’il y ait plus de justice sociale. J’aimerais qu’il n’y ait plus de discrimination entre les genres, les couleurs, les nationalités, les langues… Tout seul, je sais que peu importe ce que je ferai, il n’y a pas grand-chose qui changera. Mais ensemble, tout est possible.

Daniel Malenfant, Saint-Hyacinthe

image