7 mai 2015
Quand on s’y met tous ensemble pour le Jour de la Terre!
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Les 21 et 22 avril, un exploit peu commun a été réalisé au coeur de notre Ville. Plus 300 jeunes et moins jeunes ont contribué à faire des gestes concrets pour la rivière Yamaska.

Deux ans après les états généraux de la Yamaska, des élèves de toutes les écoles secondaires de la Ville, privées ou ­publiques, ont marché, couru ou ramassé les détritus de toutes sortes au centre-ville. Toutes ces personnes ont été sensibilisées aux gestes concrets que l’on peut faire toutes et tous autant que nous sommes pour améliorer la qualité de notre rivière.

Afin de réaliser ce tour de force, le CCCPEM a réuni un comité de partenaires à l’image de ce que devrait être la ­collaboration environnementale. Ainsi, une vingtaine d’organismes et d’individus ont mis la main à la pâte pour réaliser cet exploit avec le CCCPEM et les membres du comité organisateur. En voici la liste exhaustive : Centre ­d’Intervention Jeunesse des Maskoutains (CIJM), Comité de prévention du crime, Espace Carrière, Conseil central CSN de Saint-Hyacinthe, MRC des Maskoutains, Ministère des Transports du Québec, ­Comité bassin versant du ruisseau des Salines, Corporation des Loisirs des ­Salines, Eau Secours!, M. Dominique St-Pierre et M. Raymond Lefebvre (photographes), M. Richard Messier (Drumline), Bernard Valiquette (cadeau reconnaissance environnementale), Service du génie de la Ville, École Roméo-Forbes, Écoles Aux Quatre Vents de Saint-Barnabé-Sud, Saint-Louis et Saint-Jude, École de La Présentation, Association des Scouts, Solidarité Populaire Richelieu-Yamaska, Le Bilboquet, Municipalités de Saint-Barnabé-Sud, Saint-Hugues, Saint-Louis, Saint-Jude et La Présentation, ­Secondaire en Spectacle, Société de ­Développement du Centre-Ville (SDC) et Corporation de développement ­communautaire des Maskoutains (CDC).

Cette merveilleuse journée n’aurait pu se tenir sans ces gens qui ont mis de l’énergie là où c’était nécessaire, à ­commencer par le dialogue et la ­concertation. Ce n’est pas la quantité de résidus ramassés qui compte, ni les ­discours, mais bien la coopération! Tous les participants ont ressenti cette ­merveille qu’est le sentiment du devoir accompli à la suite d’une belle collaboration multigénérationnelle.

image