4 février 2016
Quartz Nature rafraîchira son image
Par: Jean-Luc Lorry
Les propriétaires de l’entreprise maskoutaine Quartz Nature, Jean-Philippe Robert et son frère François-Xavier, comptent rajeunir cette marque de commerce de manteaux d’hiver haut de gamme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les propriétaires de l’entreprise maskoutaine Quartz Nature, Jean-Philippe Robert et son frère François-Xavier, comptent rajeunir cette marque de commerce de manteaux d’hiver haut de gamme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les deux jeunes entrepreneurs qui ont succédé l’an dernier au fondateur de Quartz Nature, comptent apporter un nouveau souffle à cette marque de commerce maskoutaine qui conçoit et fabrique des manteaux d’hiver haut de gamme.

Publicité
Activer le son

« Nous préparons une nouvelle collection pour le mois de septembre. Parallèlement, nous travaillons au ­changement de notre image de marque qui sera plus jeune et plus ­moderne », indique en entrevue au COURRIER, François-Xavier Robert, ­copropriétaire de l’entreprise.

Fondée en 1997, Quartz Nature avait transféré en 2012 son siège social de Longueuil à Saint-Hyacinthe pour ­s’installer dans une nouvelle bâtisse ­située dans le parc industriel Olivier-­Chalifoux.

François-Xavier Robert et son frère Jean-Philippe conjuguent depuis leurs expertises dans le domaine international pour poursuivre le développement de l’entreprise.

« L’image de la province à l’extérieur du Québec se résume au sirop d’érable et au froid. Je pense que nous sommes la ­meilleure place au monde pour concevoir et vendre des manteaux d’hiver. Nous ­devons donc faire valoir nos produits qui répondent aux plus hauts standards de qualité », mentionne François-Xavier Robert.

Les deux entrepreneurs possèdent une solide formation académique. Ils sont tous deux diplômés de l’École ­polytechnique de Montréal. François-­Xavier est ingénieur électrique et Jean-Philippe, ingénieur industriel.

Quartz Nature regroupe 20 personnes à Saint-Hyacinthe et emploie indirectement 65 salariés oeuvrant au sein ­d’entreprises spécialisées en couture ­basées au Québec. En plus du Canada, l’entreprise commercialise ses manteaux aux États-Unis, en France, en Allemagne, en Finlande ainsi qu’au Groenland.

Sécurité renforcée

Dès leur arrivée dans l’entreprise, l’une des premières décisions prises par les deux dirigeants a été de renforcer considérablement la sécurité de la bâtisse.

En octobre 2014, plus de 150 manteaux y avaient été volés, représentant une perte évaluée à plus de 60 000 $.

Malgré des améliorations qui avaient été apportées par l’ancien propriétaire, un second vol s’était produit en janvier 2015. Les malfaiteurs avaient ­emporté cette fois une cinquantaine de manteaux représentant une valeur totale de 38 000 $.

« La sécurité de la bâtisse a été entièrement revue et des sommes importantes ont été consacrées à l’achat de nouveaux dispositifs », précise M. Robert qui espère que ces deux douloureux épisodes ­resteront chose du passé.

image