22 mars 2012
Saint-Pie
Québec accorde 114 000 $ au Centre de la Famille
Par: Le Courrier

La ministre de la Famille, Yolande James, a semé la joie au Centre de la Famille Saint-Pie en s’y arrêtant jeudi dernier. Elle venait confirmer le versement, par le gouvernement du Québec, d’une aide financière de 114 525 $ étalée sur trois ans qui aidera l’organisme sans but lucratif dans son développement.

publicité

« Je veux saluer tous les bénévoles présents. D’abord et avant tout, c’est votre journée », a lancé la ministre James en prenant la parole devant l’assemblée. Elle s’est dite très touchée de voir tout ce qui a été accompli pour les familles à Saint-Pie à partir d’une simple idée lancée en 2003 par une nouvelle maman. « Je suis privilégiée et honorée d’être là (…). Le financement qui vous est accordé permet de reconnaître le service que vous donnez et d’assurer sa pérennité », a-t-elle déclaré.

Yolande James a expliqué que le gouvernement du Québec, dans son dernier budget, avait prévu hausser d’un million de dollars par année durant trois ans l’aide consentie aux organismes communautaires Famille. Cet ajustement lui permet de subventionner 18 organismes de plus, dont le Centre de la famille Saint-Pie, qui fait maintenant partie des partenaires privilégiés du Ministère, a indiqué Mme James. Elle a précisé que le gouvernement consacre aujourd’hui 17 millions $ par an au soutien de 283 organismes Famille.« Souvent, quand on parle gouvernement et famille, on pense aux services de garde. Mais la famille, ce n’est pas juste ça », a souligné la ministre tout en déclinant quelques-uns des services dispensés par le Centre de la Famille Saint-Pie. Il y en a beaucoup : cuisines collectives, sessions de conditionnement physique cardio-poussette, cardio-enfant et cardio-aîné, service « Grands-mères caresses » de soutien aux nouvelles mamans, halte-répit, aide aux leçons, achat collectif de viande, soutient individuel ou familial…Le Centre de la Famille Saint-Pie occupe deux locaux dans l’ancien couvent des Soeurs de la Présentation de Marie, un édifice datant de 1888 où il cohabite entre autres avec l’Afeas et les Chevaliers de Colomb. « C’est un endroit chaleureux, accueillant, dynamique, réconfortant, qui nous donne le goût d’y revenir afin de tisser des liens qui nous font grandir », a imagé la vice-présidente de l’organisme, Nancy Arès, pour dépeindre le Centre de la Famille.C’est elle qui a accueilli Yolande James en l’absence de la coordonnatrice du Centre, Pascale Major, qui est atteinte de leucémie et qui a dû quitter son poste il y a un peu plus d’un mois en raison de la maladie. « Si je prends humblement la parole aujourd’hui, c’est parce que notre directrice, Pascale Major, est en train de livrer un tout autre combat. Nos pensées sont avec elle », a confié Nancy Arès.C’est Cécile Ménard, de l’Afeas, qui a donné vie au Centre de la Famille en 2003 en exploitant une idée d’une maman, Caroline Tétreault. « Elle s’ennuyait à la maison et se demandait pourquoi il n’y aurait pas un endroit où les mères pourraient se rencontrer. Tout est parti de ça » raconte Mme Duval.Animé au départ par des bénévoles, le Centre a pu engager une première coordonnatrice en 2004 grâce à une subvention du Pacte rural. Puis, en mars 2007, Pascale Major en est devenue la coordonnatrice à temps plein. Jusqu’ici, le Centre est arrivé à se débrouiller avec quelques contributions, dont celles de Centraide, de la Caisse populaire Desjardins et de la Ville de Saint-Pie, qui lui alloue 14 000 $ par année. L’organisme ne dessert plus seulement Saint-Pie : avec son service Grands-mères caresses, il rayonne maintenant dans toute la MRC Les Maskoutains.

image