20 février 2020
Cité de la biotechnologie
Québec accorde 1,8 M$ pour la recherche en acériculture
Par: Jean-Luc Lorry

Sur la photo, Mustapha Sadiki, responsable des services analytiques au Centre de recherche, de développement et de transfert technologique acéricole (ACER), discute avec Yves Bois, directeur général du Centre ACER, et Serge Beaulieu, président du Centre ACER. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le Centre de recherche, de développement et de transfert technologique acéricole (Centre ACER), installé dans la Cité de la biotechnologie de Saint-Hyacinthe, a obtenu une aide financière de 1 799 844 $ de Québec pour renouveler son parc d’équipements dont le coût s’élève à 2 M$.

Publicité
Activer le son

Ces nouveaux équipements à la fine pointe de la technologie seront installés dans les laboratoires de chimie et de microbiologie du Centre ACER.

Cette subvention de près de 1,8 M$ s’inscrit dans le cadre du Programme de soutien aux organismes de recherche et d’innovation.

En entrevue au COURRIER, Mustapha Sadiki, chercheur scientifique et responsable des services analytiques du Centre ACER, précise que ces équipements se diviseront en quatre catégories.

« Un appareil analysera l’authenticité du sirop d’érable, un autre équipement déterminera la composition du sirop, un spectromètre de masse identifiera de nouveaux composés bioactifs et, finalement, un instrument déterminera la teneur en minéraux du sirop et de la sève d’érable », décrit M. Sadiki.

L’annonce de ce coup de pouce financier a eu lieu dernièrement au Centre de recherche et de développement de Saint-Hyacinthe, un organisme gouvernemental où loge le Centre ACER.

« Je suis convaincue que le projet du Centre ACER permettra des avancées notables dans l’industrie acéricole. Le Québec continuera ainsi de renforcer sa position de leader dans la production du sirop d’érable », a déclaré Marie-Ève Proulx, ministre déléguée au développement économique régional.

Cette nouvelle ravit Serge Beaulieu, président du Centre ACER. « L’acquisition d’équipements permettant des analyses encore plus poussées nous assurera de l’absence de falsification du sirop d’érable », indique M. Beaulieu.

En mars 2018, Mustapha Sadiki avait mené un projet relatif au contrôle de la fraude alimentaire. Il était question de détecter des cas de falsification du sirop d’érable par le sucre de betterave.

Selon des données publiées en 2019 par les Producteurs et productrices acéricoles du Québec, le Québec produit annuellement 72 % de la production mondiale de sirop d’érable.

Fondé en 1998, le Centre ACER est né d’un partenariat entre le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles et des représentants de la filière acéricole.

image