13 septembre 2018
Quéfer injecte 1,5 M$ à Saint-Pie
Par: Jean-Luc Lorry
Photo courtoisie

Photo courtoisie

L’entreprise Quéfer de Saint-Pie, qui se spécialise dans la fabrication de pièces métalliques sur mesure, a investi dernièrement près de 1,5 M$ dans l’acquisition de nouveaux équipements.

Publicité
Activer le son

Pour réaliser ce projet de développement, le manufacturier a obtenu une contribution remboursable de 1,3 M$ d’Investissement Québec.

Ce montant a été utilisé pour acquérir différents équipements de pointe comme une laveuse industrielle permettant de dégraisser les pièces métalliques avant que celles-ci soient peintes, un four de cuisson à infrarouge, un récupérateur de peinture et un système de ventilation.

« Investissement Québec soutient l’entreprise Quéfer depuis de nombreuses années. Au fil du temps, Quéfer a su faire face à la concurrence et maintenir son volume d’affaires grâce à la capacité d’innovation et sa rapidité d’exécution », a mentionné par voie de communiqué Pierre Gabriel Côté, président-directeur d’Investissement Québec.

Aujourd’hui, l’entreprise fonctionne sur trois quarts de travail répartis de jour, de soir et de fin de semaine. Quéfer a déjà connu des périodes difficiles où la direction devait procéder à des mises à pied temporaires. « En 2010, nous avions une baisse de nos commandes de l’ordre de 70 % en raison de la concurrence venue de Chine », indique en entrevue au COURRIER Claude Petit, président et fondateur de Quéfer.

Pénurie de main-d’œuvre

Aujourd’hui, cette situation semble chose du passé puisque l’entreprise qui emploie maintenant 59 personnes ne réussit pas à répondre à la demande.

« Si je trouvais la main-d’œuvre pour répondre aux commandes, nous pourrions doubler notre capacité de production avec 50 employés supplémentaires », mentionne M. Petit.

 « Nous ne sommes hélas pas en mesure d’accepter de nouveaux clients puisque nous n’avons pas pour le moment la personne à mettre devant la machine », regrette-t-il.

D’une écurie à Saint-Pie

L’entreprise Quéfer, qui célébrera ses 40 ans l’an prochain, a débuté modestement. « J’étais représentant pour une entreprise qui fabriquait des pièces métalliques. J’ai commencé ma carrière d’entrepreneur dans une écurie à Saint-Liboire pour dépanner un client », se souvient Claude Petit.

Son entreprise fut l’une des premières à s’installer dans le parc industriel de Saint-Pie. Depuis la construction de l’usine en 1987, cinq phases d’agrandissement se sont succédé.

Dans l’entreprise, les outils traditionnels ont été remplacés progressivement par d’imposants équipements dont plusieurs sont commandés par ordinateur. « Nos opérations sont de plus en plus informatisées », souligne Claude Petit.

L’entreprise reçoit généralement de son client par courriel un dessin numérique de la pièce métallique à réaliser.

Même s’il a conservé le poste stratégique des acquisitions d’équipements, M. Petit a légué son entreprise à ses deux enfants. Marc-André Petit est vice-président de l’entreprise et occupe le poste de directeur général de Quéfer et Pascale Petit est trésorière et contrôleuse de Quéfer.

image