27 décembre 2012
Quel bilan
Par: Pierre Bornais
Publicité
Activer le son

La fin d’une année est le moment idéal pour dresser le bilan de ce qui s’est passé au cours des douze derniers mois.

L’exercice est intéressant dans la mesure où il ne s’agit pas simplement de dresser une liste de tout ce qui a mal fonctionné ou tourné court sur la planète; sous peine d’entreprendre la nouvelle année avec le moral dans les talons.En effet, rien n’échappe au zèle des médias sociaux et autres moyens de communiquer, de sorte que toute l’horreur du monde, où qu’elle se trouve, se retrouve instantanément sur nos écrans. Il n’en est pas de même pour les bons coups qui, encore aujourd’hui, bouchent les trous dans une communication qui ne s’arrête jamais.Au final, tout un chacun y est soumis à longueur de journée; en plus de se le faire répéter en continu au moment de dresser un bilan de fin d’année.Et un résultat collatéral inutile consiste à établir un bilan du monde, oubliant celui qui doit être personnel ou communautaire. Celui qui dresserait un tableau – aussi bien des éléments positifs que négatifs – de ce qui se passe chez lui et dans son entourage, la première instance, sinon la seule, où une telle opération se justifie pleinement, pourrait mieux participer au quotidien. D’autant plus que c’est généralement le seul niveau qui est accessible au citoyen ordinaire…« Si tu veux changer le monde, commence par te changer toi-même », dit le sage.Dans cet esprit, le bilan annuel devient un exercice important pour entreprendre une nouvelle année, riche des enseignements et des réalisations du passé, mais sans traîner pour autant tout le bagage des erreurs et des horreurs d’ici et surtout d’ailleurs; ce qui ne fait que ralentir le progrès de l’individu et de la communauté.Bonne année 2013!

image