15 avril 2021
Quel est le véhicule de l’avenir?
Par: Le Courrier

D’abord, les qualités requises : non polluant, non énergivore, coût modique, capable de se jouer des embouteillages, multifonction (livraison, taxi, loisir, etc.) et, aussi, sécuritaire.

Publicité
Activer le son

J’ai nommé : le vélo. En fait, ce peut être un vélo de ville, un tricycle avec ou sans assistance électrique, un triporteur, un vélo cargo. Mais il y a le problème de l’hiver. Pour les mordus de vélo, il y a des solutions techniques qui s’annoncent : volant chauffant, pneus larges se jouant des surfaces glissantes ou enneigées (fat bike). Pour les autres, avec les changements climatiques en cours, on peut compter sur des automnes qui s’allongent et des printemps hâtifs pour prolonger d’autant la période cyclable. Mais il faudra s’assurer d’un réseau de pistes cyclables/bandes cyclables étendu et bien entretenu.

On peut imaginer un(e) grand-père (mère) se rendant à l’épicerie avec son tricycle avec assistance électrique en toute sécurité (stabilité). Bien sûr, il faudrait les places de stationnement dédiées; on pourrait imaginer une flotte de tricycles cargo, faisant la livraison à domicile d’une prescription, d’une commande d’épicerie, d’un colis de la poste, d’un achat en ligne, papeterie, vêtements. Ce serait un genre d’Amazon local. Mais il faudrait franchir l’obstacle des voies ferrées et des tunnels. Alors, osons élargir ou doubler le tunnel de la rue Bourdages, ouvrir une voie dédiée vélo/piéton jusqu’au centre-ville, en passant par la bibliothèque.

Résultats : baisse de la pollution atmosphérique ou par le bruit; baisse de la congestion routière; augmentation du commerce local par l’ouverture au centre-ville; mise en forme; attraits touristiques.

Ajoutez-y vos rêves ou suggestions.

En passant, à Copenhague, 45 % des travailleurs se rendent au travail à vélo.

Gilles Germain, Saint-Hyacinthe

image