3 août 2017
Carte blanche
Question de gestion?
Par: Pierre Bornais

Une fois encore, ce n’est pas tant la tenue d’une activité qui est questionnée que la gestion de celle-ci par les autorités, selon un récent sondage.
Je fais référence à la course des Formules E tenue en fin de semaine dernière dans la Métropole et de la mise en cause du maire Coderre.
De façon générale, je préfère consacrer cette chronique à des sujets plus locaux ou régionaux; et ce ne sont pas les sujets qui font défaut. Mais voilà un bel exemple qui soulève à sa façon les relations parfois difficiles qui peuvent se développer entre une administration et ses commettants.
À Montréal, tout ce qui concerne la circulation est un objet constant de récriminations de la part des citoyens, et des visiteurs, ennuyés par toutes les entraves liées aux travaux. Mais il s’agit généralement d’une nécessité créée par la négligence au fil des années de pourvoir à un entretien adéquat des équipements municipaux.
L’idée d’organiser une course automobile, en plein cœur de la Ville, constituait un élément aggravant dans une situation déjà problématique. Sans parler des fonds publics dépensés de diverses façons pour « mettre la Ville sur la mappe » et sans que la transparence ne soit au rendez-vous. Et que durant plusieurs jours, l’espace choisi serait un véritable ghetto où même les résidents ne pourraient circuler librement, et même s’y retrouver!
Le contexte exigeait une communication ouverte avec la population, tout en étant à l’écoute des doléances fondées des gens plus affectés que Monsieur Tout-le-monde. De toute évidence, cela ne fut pas le cas. Au point même que ce « succès » constaté par le Maire, avec son opinion sur les perpétuels empêcheurs de tourner en rond, illustre un manque de respect flagrant. Alors même que les élections pointent à l’horizon!

image