22 mars 2018
entre les lignes
Qui a bu boira
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Mauvaise semaine pour ceux qui aiment boire de l’eau. Des chercheurs de l’Université de Montréal ont trouvé des traces de pesticides dans l’eau potable du robinet puisée à Saint-Hyacinthe. La belle affaire.

Savoir qu’il a des pesticides dans l’eau de la Yamaska n’étonne guère, mais savoir qu’il en reste encore des traces dans l’eau traitée surprend davantage.

On croit comprendre que les systèmes de traitement en place sont efficaces pour traiter les pesticides courants, mais pas la nouvelle génération de néonicotinoïdes, ces insecticides employés dans les semences enrobées. On sait très peu de choses au sujet des effets néfastes de ces produits, mais on les croit responsables du déclin des abeilles. D’où la nécessité de mener des études indépendantes autant que possible, un caractère qui n’est pas donné à toutes les études si on en croit la crise de confiance qui secoue présentement le Centre de recherche sur les grains, le Cérom.

Pour en revenir à notre eau potable, les chercheurs se gardent bien d’employer un ton alarmiste, malgré leur récente découverte. On ne croit pas que la consommer représente un risque pour la santé humaine. Du moins pour le moment.

C’est quand même bon à savoir, non? Personnellement, ces révélations n’ont pas modifié mes habitudes de consommation. Je continue de boire l’eau du robinet, de l’utiliser pour faire la cuisine (oui ça m’arrive) et pour me brosser les dents.

De toute façon, l’eau en bouteille n’est pas exempte de toute contamination non plus.

Une autre étude publiée la semaine dernière révélait la présence de minuscules particules de plastique aux effets méconnus sur la santé dans l’eau en bouteille de plusieurs grandes marques. Boire du plastique ou des pesticides, c’est maintenant la question qui tue. Comme dirait mon chum Jean-Guy, vive la bière!

Jusqu’à la prochaine étude mon Jean-Guy…

image