18 octobre 2018
MRC des Maskoutains
RADAR pour les aînés à risque
Par: Benoît Lapierre
Photo François Larivière | Le Courrier ©

Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les aînés qui vivent dans l’isolement et qui se trouvent, par le fait même, en situation de vulnérabilité seront repérés plus facilement dans la MRC des Maskoutains grâce à RADAR, le « Réseau actif de dépistage des aînés à risque », qui va prendre forme sur le territoire.

La MRC des Maskoutains devient la troisième région du Québec à adhérer à ce projet de vigilance citoyenne. Il découle d’une démarche entamée par la Table de concertation maskoutaine des organismes pour les aînés dans le but de briser l’isolement des aînés et de favoriser leur mieux-être.

Le service RADAR, qui est coordonné par le Centre d’écoute Montérégie, a été présenté à la Commission permanente de la famille de la MRC, qui a ensuite recommandé au conseil des maires de signer l’entente sur l’implantation du réseau. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est (CISSSME), la Sûreté du Québec de la MRC des Maskoutains, le Centre de Bénévolat de Saint-Hyacinthe et le Centre d’Intervention-Jeunesse des Maskoutains sont également associés au projet.

« RADAR est un service qui répond adéquatement à plusieurs objectifs de la Politique régionale des aînés de la MRC, dont celui de collaborer aux projets issus du milieu pour créer un cadre de vie favorable à l’épanouissement de la famille », a souligné au point de presse Élyse Simard, chargée de projet à la famille à la MRC.

Dans le cadre de RADAR, des citoyens pourront suivre la formation « Connaître, reconnaître et agir », axée sur le dépistage des aînés à risque. Ces bénévoles pourront ensuite diriger ces aînés vers les services d’aide appropriés, qu’il s’agisse de la popote roulante ou de l’aide à domicile.

« Je suis très heureuse qu’on puisse démarrer ce projet-là ici. L’isolement entraîne d’autres complications chez les aînés et il est toujours préférable d’intervenir en amont. Nous comptons sur la création de solidarités et nous espérons que la participation des citoyennes et citoyens de la grande région de Saint-Hyacinthe sera exemplaire », a indiqué Nathalie Barrette, directrice générale du Centre d’écoute Montérégie.

image