19 janvier 2017
Ralentissement des ventes sur le marché immobilier résidentiel à Saint-Hyacinthe
Par: Le Courrier

La Chambre immobilière de Saint-Hyacinthe vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de l’agglomération de Saint-Hyacinthe, établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 527 ventes résidentielles ont été réalisées au cours de l’année 2016, ce qui représente une baisse de 3 % par rapport à 2015.

Publicité
Activer le son

Par catégories de propriétés, 329 maisons unifamiliales ont changé de mains, soit 9 % de moins que l’année précédente. Les segments des copropriétés (118 transactions) et des petits immeubles locatifs – plex de deux à cinq logements – (80 transactions) ont toutefois tiré leur épingle du jeu, avec des augmentations des ventes respectives de 4 % et de 13 %.

En ce qui a trait aux prix, la moitié des maisons unifamiliales se sont vendues à moins de 217 500 $, soit une hausse de 2 % par rapport à 2015. Le prix médian des copropriétés est quant à lui demeuré relativement stable comparativement à un an plus tôt, pour s’établir à 163 756 $ (+1 %).

En moyenne, on retrouvait 465 propriétés résidentielles inscrites au système Centris® des courtiers immobiliers, soit 5 % de moins qu’en 2015. « Il s’agit d’une deuxième diminution annuelle de l’offre sur le marché résidentiel de Saint-Hyacinthe, ce qui a contribué à maintenir les conditions du marché tout près de l’équilibre, et ce, pour les trois principales catégories de propriétés », souligne Normand Racine, président de la Chambre immobilière de Saint-Hyacinthe et porte-parole de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) pour la région de Saint-Hyacinthe.

Finalement, au quatrième trimestre plus spécifiquement, une hausse de 7 % du nombre de transactions résidentielles a été enregistrée dans l’agglomération de Saint-Hyacinthe, alors que 121 propriétés ont trouvé preneur d’octobre à décembre 2016.

Augmentation des ventes résidentielles et modeste progression des prix au Québec en 2016

La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la province de Québec établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 78 231 ventes ont été réalisées au cours de l’année 2016, soit une hausse de 6 % par rapport à 2015.

Voici les principaux faits saillants de 2016 :

Ventes

Par catégories de propriétés, les ventes de maisons unifamiliales ont progressé de 5 %, alors que celles de copropriétés et de plex ont crû de 6 % et de 7 %, respectivement.

Des croissances d’activité ont été observées dans cinq des six régions métropolitaines de recensement (RMR) de la province, soit celles de Gatineau (+12 %), de Sherbrooke (+9 %), de Montréal (+5 %), de Trois-Rivières (+3 %) et de Québec (+2 %). La RMR de Saguenay a plutôt affiché un recul de 2 % à ce chapitre.

Parmi les plus petits centres urbains, Rouyn-Noranda (+15 %), Victoriaville (+13 %), Rimouski (+13 %), Saint-Jean-sur-Richelieu (+12 %), Joliette (+11 %), Salaberry-de-Valleyfield (+11 %) et Sainte-Agathe-des-Monts (+10 %) ont connu les hausses de ventes les plus importantes.

On note par ailleurs un intérêt grandissant pour les propriétés haut de gamme, les ventes s’étant accrues de 19 % dans la gamme de prix de 500 000 $ et plus.

Prix

Pour une quatrième année, les hausses de prix se sont avérées modestes. À l’échelle de la province, le prix médian des maisons unifamiliales a progressé de 2 % par rapport à 2015 pour atteindre 234 500 $.

Sur le plan géographique, la RMR de Montréal a enregistré une croissance de 2 % du prix médian des unifamiliales, alors qu’une hausse de 1 % à ce chapitre a été observée du côté de Gatineau et de Québec.

Les RMR de Saguenay, de Sherbrooke et de Trois-Rivières ont quant à elles vu leur prix médian des unifamiliales demeurer stable par rapport à 2015.

Ailleurs au Québec, les agglomérations de Val-d’Or (+14 %) et de Sainte-Adèle (+12 %) ont enregistré les croissances les plus marquées du prix médian des maisons unifamiliales depuis un an.

De janvier à décembre 2016, on comptait en moyenne, 77 733 inscriptions en vigueur sur le système Centris® des courtiers immobiliers, ce qui représente une baisse de 5 % par rapport à 2015. « Il s’agit d’une première diminution en six ans de l’offre de propriétés résidentielles à vendre », souligne Paul Cardinal, directeur du service Analyse du marché de la FCIQ. « Cela a eu pour effet de resserrer les conditions du marché dans plusieurs secteurs de la province », ajoute-t-il.

Finalement, les délais de vente à l’échelle de la province sont demeurés relativement stables comparativement à un an plus tôt : il fallait compter en moyenne 119 jours (1 jour de plus qu’en 2015) pour vendre une unifamiliale, et 135 jours (inchangé) pour une copropriété.

Une bonne fin d’année 2016

L’année 2016 s’est terminée sur une bonne note, alors que 16 623 transactions ont été conclues au quatrième trimestre sur le marché immobilier résidentiel québécois, soit 6 % de plus qu’à la même période en 2015.

Les RMR de Saguenay et de Sherbrooke se sont particulièrement démarquées en fin d’année, avec des hausses de ventes résidentielles à hauteur de 11 % chacune. 

image