19 janvier 2017
Carte blanche
Rambo 
Par: Christian Vanasse
Publicité
Activer le son

Le syndicaliste Bernard « Rambo » Gauthier se lance dans l’arène politique et si certains diront qu’il n’hésite pas à prendre le taureau par les cornes, d’autres n’hésiteront pas à dire que c’est lui le taureau. Son passage à Tout le monde en parle en a brassé plusieurs et il a sûrement reçu autant de pots que de fleurs. Des fleurs pour le langage coloré, le franc-parler et l’apparente honnêteté de sa démarche, mais aussi des pots pour ses déclarations de mononc à propos des « partys par chez eux oùsque les filles parlent de linge pendant que les gars parlent politique après 7-8 bières. Pis y règlent rien! » Il s’est déchiré beaucoup de chemises à propos du linge, tellement qu’on a perdu de vue l’essentiel : boire 7-8 bières, parler de politique pis rien régler… yé pas là le problème? Et à propos des filles, notez qu’il a dit, par chez EUX, pas en général au Québec. Faut juste lui présenter d’autre monde. Si possible qui parlent de politique, règlent des affaires et APRÈS, boivent 7-8 bières.

Sérieusement, son propos est moins choquant que celui de bien des cravatés aux lois réellement misogynes. Et sans blague, celui de Gauthier relève plus de la maladresse que de la méconnaissance de l’engagement des femmes dans les communautés. Un membre des Premières nations comme lui ne peut l’ignorer. Ou il l’apprendra très vite. 

Et sur l’immigration, je sens moins une fermeture qu’une peur de l’inconnu, légitime et partagée par bien des semblables. Nous ne devrions pas rire de lui, mais essayer de comprendre ses craintes et y répondre. Lui manifester la même ouverture qu’on voudrait qu’il ait envers les autres. Mais c’était quand même comique quand on a suggéré à Bernard Gauthier d’être plus ouvert aux immigrants. Demander ça à un Amérindien, c’est tellement un truc de Blanc.

image