12 septembre 2013
Rare visite d’un juge de la Cour suprême à Saint-Hyacinthe
Par: Maxime Prévost Durand
Le juge Richard Wagner a souligné les 50 ans de Barreau de Jacques Sylvestre père.

Le juge Richard Wagner a souligné les 50 ans de Barreau de Jacques Sylvestre père.

Pour la première fois, un juge de la Cour suprême du Canada s’était déplacé à Saint-Hyacinthe la semaine dernière dans le cadre de la rentrée judiciaire, une activité où les juges et les avocats de la région sont réunis afin de lancer la nouvelle année judiciaire. Le dernier juge nommé à la plus haute instance judiciaire du Canada, l’honorable Richard Wagner, a rendu visite à ses confrères du droit notamment pour rendre hommage à Me Jacques Sylvestre père pour ses 50 ans de Barreau.

Il s’agissait d’un retour pour lui à Saint-Hyacinthe, où il a eu l’opportunité de plaider à plusieurs occasions en tant qu’avocat. Il est également passé au Palais de Justice en tant que juge de la Cour supérieure, notamment dans le dossier de Ghislain Dion, meurtrier de Julie Croteau, qui fait face à une peine de prison à vie.

C’est d’ailleurs le père du juge Wagner, Claude Wagner, qui a inauguré le Palais de Justice de Saint-Hyacinthe tel qu’on le connaît en 1965, alors qu’il était ministre de la Justice. Dans sa carrière politique, Claude Wagner avait plus tard été élu dans la circonscription de Saint-Hyacinthe avec le Parti progressiste-conservateur aux élections fédérales de 1972, et réélu en 1974.« C’est avec beaucoup d’enthousiasme et de nostalgie que je reviens à Saint-Hyacinthe, a souligné le juge Wagner lors de la cérémonie. La ville occupe une grande place dans mon coeur, j’y ai beaucoup de souvenirs. J’ai beaucoup fréquenté la région dans les années 70 lorsque mon père était en politique et plus tard, j’ai mené de grandes causes en tant que juge de la Cour supérieure ici. »Le juge Wagner fêtera le 3 octobre le premier anniversaire de sa nomination à la Cour suprême. « Ce que j’y ai découvert, je l’adore. Il y a plusieurs dossiers importants, qui touchent la population. Je me nourris de tout cela. »Au cours de cette première année passée à la plus haute instance judiciaire au pays, Richard Wagner a notamment été appelé à étudier le dossier de Cathie Gauthier, reconnue coupable du meurtre prémédité de ses trois enfants le 31 décembre 2008. Il a rédigé la décision prise par la Cour suprême de ne pas lui faire subir de nouveau procès. « C’est un dossier qui m’a particulièrement marqué », laisse-t-il savoir.Cathie Gauthier doit purger une peine d’emprisonnement à vie sans possibilité de libération avant 25 ans, selon le premier jugement rendu en 2009, validé par la Cour suprême.Dès les prochaines semaines, le juge Wagner et l’équipe de la Cour suprême du Canada devront se pencher sur d’autres dossiers chauds, notamment celui de Mohamed Harkat, interdit de séjour en territoire canadien puisqu’il aurait des liens avec une organisation terroriste.

image