5 juillet 2012
Réaction à l’article « Vers une première piste cyclable régionale dédiée »
Par: Le Courrier

C’est avec enthousiasme et beaucoup d’espoir que j’ai lu l’article « Vers une première piste cyclable régionale dédiée » du Courrier en page B1 du jeudi 14 juin.

publicité

C’est avec enthousiasme et beaucoup d’espoir que j’ai lu l’article « Vers une première piste cyclable régionale dédiée » du Courrier en page B1 du jeudi 14 juin.

La grande région de Saint-Hyacinthe a réellement besoin de cette piste cyclable d’envergure régionale. En effet, si l’on se compare à des villes similaires, telles que Granby, Drummondville ou Saint-Jean-sur-Richelieu, la ville de Saint-Hyacinthe et sa grande région accuse un grand retard sur le développement de ses pistes cyclables. À titre d’exemple, pendant que la Véloroute des bleuets, qui fait le tour du Lac-Saint-Jean, fête déjà ses 12 années d’existence avec une piste 100 % asphaltée sur 259 kilomètres, la région de Saint-Hyacinthe, qui est située à environ 40 kilomètres de la population montréalaise, attend toujours sont premier kilomètre de piste cyclable régionale dédiée. Si l’on regarde la carte de la route verte de Vélo Québec, pour la Montérégie, on se rend très vite compte que la grande région de Saint-Hyacinthe a tout simplement été oubliée dans ce tracé. Cette carte est disponible sur Internet à l’adresse suivante : www.routeverte.com , sous l’onglet « Carte » et « Montérégie ». Mais tant qu’à développer une piste cyclable entre Saint-Hyacinthe et Farnham, pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour prolonger le tracé cyclable entre la route verte de Sorel et Saint-Hyacinthe? En d’autres mots, est-ce qu’il serait possible de relier la route verte de Sorel avec la route verte de Farnham en passant par Saint-Hyacinthe? Il est alors possible d’imaginer qu’un tel parcourt pourrait ouvrir la porte à plusieurs évènements cyclotouristiques à l’échelle du Québec avec toutes les retombées économiques que cela apporte. Ce serait sûrement le rêve de tous les amateurs de vélo de la région. Il ne faut pas oublier qu’une piste cyclable dans une région, c’est la santé. Une piste cyclable, ça fait bouger les gens, comme le souhaite Pierre Lavoie, récemment venu en sol maskoutain lors du passage des cyclistes du Grand Défi Pierre Lavoie. Mais c’est aussi une activité en respect avec l’environnement. C’est aussi un levier économique pour la région qui est généré par le cyclotourisme. Et en dernier lieu, c’est aussi un moyen d’attirer une population en santé à venir s’établir dans notre belle région maskoutaine. En fait, une piste cyclable régionale, c’est tout ça, en un seul projet!

Jacques Denis Ingénieur M. Sc et cycliste Saint-Hyacinthe (Secteur de Saint-Thomas-d’Aquin)

image